Draw - Draw

03 octobre 2020

Les gros Maux

 

 

C'est à l'initiative de l'association Vu d'un œuf que le danseur
Nicolas Lanier et moi-même sommes intervenus au collège Louis Pergaud
de la charmante bourgade de Fresne en Woëvre, près de Verdun.

afficheliberte

La demande initiale venait du collège, qui fait face à des problèmes de harcélement ;
un groupe de discussion et de médiation a été créé au sein de l'établissement :
les Ambassadeurs Contre le Harcélement (A.C.H.),
où des élèves peuvent venir discuter de leurs soucis avec d'autres élèves.
Le but de notre intervention était, de mon côté, de mettre des mots sur ces problèmes,
de les rendre visibles grâce à mes outils typographiques, et du côté de Nicolas,
non pas de faire danser des adolescents
-défi impossible a relever dans le temps qui nous était imparti-
mais de leur faire prendre conscience du rapport entre leurs corps et l'espace
dans lequel ils se déplacent quotidiennement, ils existent.
Enfin, l'idée originale était de finir sur une présentation commune des travaux,
avec un rendu public qui restait à inventer et une exposition des travaux imprimés.
C'était sans compter le grand trou covidien qui nous a tous englouti
-les corona vacances, comme le chantaient nos collégiens à la fin des premiers ateliers-
et qui nous a évité un "spectacle de fin d'année" devant le reste des élèves,
ce qui aurait sans doute été un fiasco.

J'ai donc fait imprimer 3 séries d'affiches,
présentant des mots, classés en 3 couleurs :
rouge pour les mots liés à l'agression ("harcèlement", "violence" "écrans" etc.)
vert pour les réponses face à ces problèmes,
vert clair pour les réponses jugées positives ("dialogue")
et vert foncé pour les réponses négatives ("stress").
Enfin, bleu pour ce que l'on retirait de positif d'avoir su résister à ces agressions,
et la façon dont on en sortait grandit ("maturité", "liberté"...)

Nicolas m'a ensuite parlé d'une de ses propositions :
il demande aux élèves de déclamer une série d'improvisation sur le thème du "je suis" :
je suis une tomate, je suis ta mère, je suis en vie, bref,
tout ce qui leur passe par la tête. Pour accompagner cette proposition,
nous avons imprimé sur un long rouleau de papier plus ou moins sulfurisé, très léger,
une série de "je suis", chaque élève devant proposer un je suis positif et un autre négatif,
parce qu'évidemment, personne n'est blanc ou noir et certaines paroles jugées insignifiantes
par l'un peuvent avoir une grande violence pour l'autre.

je-suis


Enfin, pour conclure ces ateliers, j'ai proposé aux élèves
(c'est une figure de style, hein, ils n'avaient pas le choix)
de graver leur autoportrait en bichromie, rouge et bleu (encore une fois positif/négatif)
en utilisant mon désormais célèbre Lasagnographe, ainsi que le film inactinique rouge
qui masque l'impression rouge pour ne laisser apparaître que la bleue.

Après la pose Covid, il a été décidé qu'au lieu du rendu public final,
Nicolas et moi allions travailler avec chaque classe en demi-groupes
(comme pour le reste du projet, grand merci à tous les profs du collèges)
sur une restitution mélangeant les impressions et le placement des corps dans l'espace.
Je crois que tout le monde a été heureux du résultat ; un groupe se plaçait dans le préau,
où il voulait, sur les casiers (grand moment de liberté !) dans la poubelle, dans un casier...
puis l'autre groupe venait poser les mots-affiches sur leurs camarades,
là où cela leur paraissait le plus judicieux :
soit pour confirmer une impression, soit pour jouer sur un contre sens.

bien-etre-resistance

courage2

ecran

inquietude

 

De ce qu'en ont retiré ces ado, qu'on a d'abord connus en 4ème
pour ensuite les retrouver en début de 3ème, à part un moment
hors du temps scolaire et la rencontre de deux drôles d'énergumènes,
c'est toujours difficile à dire; pour ma part, j'insiste toujours beaucoup
sur l'éducation du regard par rapport au message publicitaire
auquel la typographie participe grandement.
Manipuler des caractères et les  inscrire dans l'espace fait sans doute réfléchir à ce problème.
Mettre des mots sur des maux, des malaises,
leur donner une forme graphique, les fait à la fois exister et permet aussi de les exorciser :
les mots, ça se manipule, ça se décompose, ça se transforme,
étymologiquement et graphiquement.

peur

regards

resistance2

De mon côté, cela fait un moment que je tourne autour
de cette idée de typographie dans l'espace public.
D'autres occasions prochaines vont m'être données d'y réfléchir un peu plus,
mais c'était là une très belle façon de s'y essayer.

affiche2

Merci donc aux filles de chez Vu d'un œuf (Emma & Marine, big up !),
aux deux profs du collège qui nous ont accompagné et grandement aidé, (Olivier & Valérie, big up !)
et merci à Nicolas avec qui tout a été facile (big up ! Nico)

A bientôt pour de nouvelles aventures

Professor Draw-Draw

Posté par drawdraw à 13:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


04 juillet 2020

Soyons stages

C'est l'été, il fait beau, on a envie d'évasion mais
au-delà de nos frontières, beurk, y' a encore des
virus, mieux vaut rester entre nous,
mais pas trop près, merci.
C'est donc une période tout à fait idéale pour descendre
ou rester dans la Drôme pour s'essayer à la gravure,
et plus précisément à la linogravure en couleurs,
avec le Professor Draw-Draw.

Au programme, on évoquera l'histoire de l'imprimerie
et les différentes techniques d'impressions d'images,
on commencera par du noir & blanc et petit à petit, exercices après exercices,
on s'approchera des techniques de superpositions colorées.

Les stages accueillent 5 personnes maximum, ce qui permet de lier des liens
facilement, et qui me donne une grande disponibilité pour chaque stagiaire.

On trouvera sur place tout le matériel utile, presses, papiers, encres et gouges,
mais si vous avez vos propres outils, c'est parfait.

Une cuisine permet de partager le déjeuner.

Le prix est de 180 € pour le week-end, je demande un chèque
de 90 € de confirmation.

Si vous avez des questions,
n'hésitez pas à me contacter : 06 87 74 81 16.

stage-ete-2020

Posté par drawdraw à 10:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 juin 2020

En dessous de tout n° 101 - Concentré de fantômes

C’est l’Église de Centrologie (« Vous êtes le milieu de toutes choses ») qui racheta cette entrée,
en fonds propres avec leur argent sale, à l’État français.

L’idée était de créer une succursale afin de proposer à chaque membre « premium »
de faire évoluer spirituellement son animal de compagnie, pour qu’ils soient sur
la même longueur d’onde quantique. Très vite, le sous-sol s’est rempli de toutous et
de matous à qui on faisait entendre des fréquences « infra-psychiques »
(du silence disait la concurrence).

Et puis la Centrologie s’est fait réduire en bouillie par le fisc et tout le monde a disparu
dans la nature. Sauf ces pauvres bêtes. On s’est aperçu de leur existence à cause de l’odeur.

Depuis, plus personne n’approche le charnier souterrain, même pas les bulldozers des promoteurs.
Qui voudrait habiter au-dessus d’un tel concentré de fantômes ?

1 gris clair

2-gris-fonce

3-bleu

4-vert

5-rouge

concentre-final

"Concentré de fantômes", linogravure en 6 passages couleurs -
1 plaque de trait et des morceaux de linos découpés pour les aplats de couleurs.
Estampe accompagnée d'un texte composé en plomb mobile (Ramses maigre, corps 12).
15 ex. numéroté/signé.

Une chose amusante: je suis repassé devant cet endroit 2 semaines après l'avoir dessiné
sur la plaque, il avait disparu, écrabouillé par des bulldozer.
Nul n'est prophète...

Posté par drawdraw à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 mai 2020

En-dessous de tout n° 13 - Maison rouge

Dans les années 80, le parti communiste français voulu, lui aussi,
avoir un accès privilégié au sous-sol de notre glorieuse nation.
Allez savoir pourquoi. Les mauvaises langues disaient qu’en une
longue marche souterraine, les camarades pensaient débarquer en Chine.
C’est donc dans un lotissement provincial qu’il fut décidé de construire,
en toute discrétion architecturale, l’entrée n°13. Malheureusement,
le constructeur choisi se révéla plus fieffé bandit que franc maçon.
Non seulement livra-t’il un bâtiment d’un rouge vif entièrement dépourvu
d’huisserie mais pire encore, il fit entièrement remplir, par la cheminée,
l’intérieur de la structure en y coulant un béton fort épais
avant de disparaître mystérieusement.

Dans les milieux autorisés, l’entrée n° 13 porte le nom
de « Maison rouge » ou plus concrètement, « Bloc de l’est ».

 

maisonrouge1maisonrouge2maisonrouge3

maisonrouge4

maison-rouge-final

"En-dessous de tout - Maison rouge"
linogravure 5 passages couleur
sur papier Fedrigoni 135 g.
Format papier : 50 x 34 cm
image : 43 x 30 cm
15 exemplaires numérotés / signés
mai 2020

Posté par drawdraw à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mai 2020

Cascade

Au  bout du chemin qui passe devant la maison,
je veux dire, vraiment tout au bout du chemin de l'Allier,
il y a une cascade qui plonge d'une quinzaine de mètres.
C'est beau et rafraîchissant. Il y a des endroits, des bâtiments,
des objets qui doivent absolument devenir des sujets de gravure.
Je n'y peux rien, c'est un besoin impossible à contenir. C'est une
cascade qui contient l'image parfaite d'une cascade.
Je me suis donc posé à ses pieds avec 6 plaques de linoléum format
carte postale ; j'ai dessiné sur la première puis scotché la suivante en
dessous pour continuer le dessin. Dans l'idée, j'aurais pu coller un nombre
plus important de plaques, mais j'ai pensé au format de ma presse et 6,
c'était possible de les imprimer en une fois, en deux colonnes de 3.

2-premiere

 

Ci-dessus, les 2 premières plaques supportant l
une partie du dessin au feutre.

Ma première intention était de faire cette gravure en "planche
perdue", en commençant par le passage le plus foncé, pour finir
par l'eau, bleue et blanche. Je pense que ça ne fonctionne qu'avec
un encrage parfait (pour ça, j'ai utilisé ma FAG, presse semi-auto)
et des encres très couvrantes, donc des encres typo (ou offset).
Le premier passage, donc, pour les rochers, chocolat foncé :

1-marron

Par dessus, une fois ce passage bien sec, un ocre très clair ;

2--ocre-clair

Ici, on voit donc le second passage, mais pas encore
superposé sur le marron foncé. Ce qui apparaît ici en blanc
apparaîtra en marron foncé lors de la superposition. Les traits
de bic que l'on voit sont mes prévisions de couleurs pour les passages
suivants. Lorsqu'on superpose l'ocre clair sur le marron, on obtient :

marron---ocre

A ce stade d'impression, évidemment j'ai très peur parce que je ne vois
pas trop bien ce qui va se passer ensuite. J'hésite à me précipiter du
haut de la cascade, et puis non, on va continuer juste pour voir.
Ces 2 passages sont censés matérialiser les rochers. Maintenant, il me
faut un peu de verdure. Notez que comme je veux que mes derniers passages
représentent l'eau, je vais devoir "épargner" les zones d'eau tout le long du
processus, ce qui fait que ces zones prendront toutes les couleurs successives
avant de recevoir leur valeur finale. Donc après le marron et l'ocre clair :
du vert :

3-vert1

On voit bien, sur la gauche, les lignes verticales
qui deviendront l'eau. Les zones blanches, une fois
superposées au 2  premiers passages, resteront
marrons et ocres.

marron---ocre---vert1

Comme je trouvais que ça manquait de contraste, J'ai
ensuite imprimé un 2ème vert pour densifier un peu la
flore qui allait entourer l'eau. Malheureusement, je n'en ai
pas gardé d'épreuve, il faut me croire sur parole en attendant
de voir l'état final. Donc après les deux marrons et les deux verts,
viennent enfin les couleurs de l'eau. D'abord le bleu :

marron-ocre-vert1-et-2-bleu

En réalité, voici ce qu'il reste des plaques :

5-bleu

Puis enfin, vient un mélange de blanc et de vernis, qui vient conclure
cette série de 6 passages couleurs :

cascade1

cascade2

cascade3

cascade4

cascade5

cascade6

cascade-final

Et comme ce n'est quand même pas un format
très pratique à présenter ou à envoyer chez vous
je l'ai placée dans un petit écrin typographique
qu'on peut admirer ici :

Cascade

une linogravure de Quentin Préaud en 6 plaques perdues sous une pochette typographique. éditions Draw-Draw, 2020, format plié : 15 x 10 cm,…

https://vimeo.com


Bien sur, on peut avoir très envie d'accrocher ça
dans sa bibliothèque ou n'importe où chez soi.

Et c'est tout a fait abordable.
Cascade, linogravure en 6 couleurs
de Quentin Préaud, sous pochette
typographique, 50 exemplaires
numérotés & signés par l'auteur.
20 € (+ frais de ports).
On peut passer commande à :
eldrawdraw@gmail.com

Et pour le plaisir,
une petite photo de "l'Yves",
la FAG 405 des éditions Draw-Draw,
baptisée suivant le nom de son
précédent conducteur, Yves Carreau.

la-FAG

 


18 avril 2020

Souscrivez aux Bruits du ciel de Bourdeaux

C'est le printemps, un printemps particulièrement
tranquille, propice à l'écoute des chants d'oiseaux.

Les éditions Draw-Draw vous proposent donc un
nouveau chapitre dans leur collection Carte-son.

Il y a eu, à l'initiative de l'ami Nicolas Gasco,
un premier chapitre proposant la carte des oiseaux
qu'il avait repéré à Pont de Barret. A l'époque, nous
n'avions pas eu les moyens de proposer un cd pour
entendre et apprendre le langage des piafs.

Ce sera chose faite avec le deuxième volume de la collection :
Les bruits du ciel de Saoû. Là encore, Nicolas avait
repéré les oiseaux et David Génin avait mis au point
la charte graphique pour la carte, les silhouettes d'oiseaux
et leur numérotation. Fernand Deroussen, rencontré à
l'occasion du festival PLI, était venu compléter l'équipe
en mixant un cd à partir de son fabuleux travail d'audio-
naturaliste.

Le troisième volume de la collection Carte-son fut un léger
pas de côté, puisqu'il s'agissait du coffret Roubion,
résumé de l'aventure artistique qui nous avait réunis,
Marie Bouchacourt, Xavier Charles, Fernand Deroussen,
Mathias Forge et moi-même, le long d'une année et d'un
cours d'eau, le Roubion.

Et voici donc le temps du quatrième volume,
Les bruits du ciel
de Bourdeaux.
Comme pour les chapitres précédents, on y trouvera une carte,
établie cette fois-ci par Nicolas Vincent-Martin,
et un cd, toujours concocté par l'ami Fernand. Aux habituels chants
d'oiseaux (classées dans l'ordre de numérotation de la carte pour vous
en faciliter l'écoute et l'apprentissage), Fernand a rajouté une piste bonus,
issue de l'aventure Roubion qui avait fait une belle escale à Bourdeaux.

Les éditions Draw-Draw vous proposent donc de souscrire à ce nouveau
chapitre en pré-commandant un ou plusieurs exemplaires de cette édition
dont la sortie est prévue à l'été 2020, selon les aléas actuels, evidemment.

Le tirage total sera de 400 exemplaires, sous couverture typographique.

Les 50 premières souscriptions seront accompagnées d'une gravure originale
 de Quentin Préaud au tirage limité à 50 exemplaires.

Pour participer, rien de plus simple, il vous suffit de télécharger le document pdf
joint et d'en suivre les prescriptions : souscription

couv-Bourdeaux

Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter à :
eldrawdraw@gmail.com

 

nota bene : les 3 premiers chapitres de la collections sont tous encore disponible,
renseignez-vous !

13 avril 2020

Confinement

Hé oui. L'avantage de la campagne,
c'est qu'il n'y a pas besoin d'aller bien
loin pour trouver des motifs à gravure.

Juste derrière la maison, voilà ce que je trouve...
Pourvu que ça dure !

Comme souvent chez Draw-Draw,
par mesure d'économie de lino
très certainement, on a affaire
à une gravure en planche perdue,
soit une seule plaque de linoléum
sur laquelle le dessin a été posé directement
au feutre. Puis la plaque est gravée et imprimée
une première fois, ici en jaune.
Le blanc correspond au papier.

1-jaune

 

Puis la plaque est de nouveau gravée pour laisser apparaître
le blanc et le jaune sous la nouvelle couche gris-bleu foncé.

2-gris-fonce

 

Troisième passage en gris clair, laissant voir
les 2 passages précédents : gris-bleu clair

 

 

3-gris-clair

Quatrième passage en vert clair...

4-vert-clair

Et dernier passage en vert foncé pour l'état final. Mais...

final-gris

au moment d'imprimer le gris foncé, j'ai oublié une feuille, et du coup
elle n'a pas reçu ce passage là. Mais je l'ai soumise aux passages suivants.
Ce qui donne ce résultat plus lumineux, et que j'aurai tendance à préférer.
Mais c'est trop tard, à moins de refaire tout le boulot dans la zone du ciel.

C'est ça aussi, les petits plaisirs de la planche perdue...

final-jaune

"Confinement 1", linogravure 5 passages, image 40 cm x 26 cm.
10 exemplaires numérotés/signés.

Posté par drawdraw à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 avril 2020

Les dessus de Saoû

Souvenez-vous. Cet hiver, j'avais, dans une collaboration
gourmande avec la chocolaterie PAN de Saoû (26), gravé
un panorama de la forêt de Saoû, vu de la chapelle St Médar.
Certains d'entre-vous ont peut-être encore du chocolat fraise-estragon
sur les doigts et une frise linogravée à compléter d'autocollants.

Si ce n'est pas le cas, il me reste quelques tablettes et il est encore
temps de goûter.

Or, ce jour de septembre où j'étais monté poser le dessin directement sur
les plaques de lino (2 plaques de 60cm x 15 cm), j'avais pris mes précautions
en prenant 2 plaques (de lino) en plus, au cas où.

Je vous propose donc aujourd'hui de découvrir ce deuxième panorama, que j'ai
voulu inclure sous une couverture faite à la maison, ou plutôt à la caravane,
confinement oblige.

Voici donc "Les dessus de Saoû", il en existe 70 exemplaires numérotés & signés.
Ça coûte 15 € auxquels il faudra ajouter des frais de ports équivalents à 2 timbres.
Pour les locaux, on trouvera l'objet à la boutique La Traverse (de Saoû) et certainement
au GMOU d'été du Quai de Pont de Barret, mais chut ! C'est une autre histoire ;)

couv

ouvert-titre

ouvert4

ouvert3

ouvert2

colophon-ouvert

colophon

Note pour les typos : le caractère utilisé est du VELTRO, corps 16, 20 & 28. J'ai ces trois casses depuis un moment
et je n'en avais jamais rien fait.

06 avril 2020

Chroniques de la Couronne

Ne croyez pas qu'il ne se soit rien passé
depuis mon dernier post.

Vous savez très bien ce qu'il nous est tombé
dessus depuis.

Le Professor Draw-Draw a posé son atelier de
confinement dans sa caravane du fond du jardin,
et de ce poste de retraite, il guète le voisinage,
l'oreille collée au transistor pour savoir si le Monde
bouge encore.

Et comme se serait dommage de rater une occasion
d'imprimer, voilà qu'une nouvelle série de cartes postales
prend naissance sur le lit de la presse à épreuve.

Ça s'intitule "Chroniques de la couronne" et ça raconte,
quasiment au jour le jour,  le quotidien de cette drôle de période.

Vous en verrez ici la façon numérique, les originaux typographiques
passant mal au scanner.

chauve-souris

Les rumeurs en tout genre envahissent
la toile. J'ai même entendu dire que c'était
la 5G qui était à l'origine du mal.

 

 

corona-vacances

Le vendredi d'avant le confinement,
j'intervenais dans un collège où
les élèves n'avaient pas l'air spécialement inquiets
...

 

guerre

Le discours d'un président, dont les
forces de l'ordre ont quand-même passé
beaucoup de temps à casser la gueule
à beaucoup de gens, paraissait bien
déplacé.

 

 

je-me-lève

Quand toutes les obligations disparaissent,
pas toujours facile de garder un rythme de travail.

 

l-argent

C'est la question qu'aiment se poser
les personnes qui n'en gagne pas.

 

balcons

Tous les soirs, les habitants se mettent
aux balcons et applaudissent le
personnel soignant. Seront-ils
dans les prochaines manifs pour défendre
ce qu'il reste de l'hôpital public ?

 

cours

Quand on sortira de cette période confinée,
vers où irons-nous ? La méga-modernité
numérique, ou le retour à la terre ?

 

mon-fils

Je n'adore pas les chemins que suit
l'éducation nationale. Cette période de
télé-aprentissage qui sélectionne encore plus
ceux qui peuvent suivre des cours et les autres
n'a rien pour me rassurer.

 

travaillez

Un message qui ferait hurler les situationistes.
Mais les discours des différents ministres
sont un peu contradictoires en ce début
de crise.

youporn

Une erreur de prononciation, et hop !

 

poison

1er avril pas très drôle...

 

premier

Des voix s'élèvent, demandant
au président de rétablir l'ISF en
solidarité avec les plus démunis.
-"Hé Manu ! Tu descends ?"

the-show

Des orchestres se montent à distance,
jouant notamment ce titre de Queen :
"the show must go on"

10 décembre 2019

Tout l'Univers

L'idée est venue d'une discussion avec l'ami Didier Caillou,
du studio Noir Cambouis, des Vans (07). Nous parlions des
vertus pédagogiques de la typographie et des ateliers que
nous avions mené ou que nous aimerions tenter, en dehors du
champs évident de la discipline ; lui et moi avons des accointances
avec le milieu du spectacle et des festivals de rue, et tout les deux
avons déjà fait des propositions impliquant l'impression
dans ce genre de cadres.

L'un des projets de Didier avait consisté en l'impression d'une carte
de centre ville -imaginaire- uniquement constituée de mots composés et
imprimés manuellement. Il se souvenait qu'une participante avait insisté pour
composer "place pour les boules" indiquant l'emplacement du boulodrôme.
De mon côté, le projet "Roubion" avait relancé une curiosité ancienne pour
la cartographie en général, et la place qu'occupait le texte sur ce genre de
document en particulier.

Lorsque Muriel Thorens m'a contacté en fin d'été 2019 pour me proposer l'animation
d'ateliers d'impression dans son lycée, Le Valentin de Bourg lès Valence
en partenariat avec l'école de design de Valence,
j'ai su que c'était l'occasion d'expérimenter ce qui allait devenir "Tout l'Univers".

Valentin10

"Tout l'Univers", c'est d'abord la réunion de trois idées avec lesquelles je jonglais depuis un
certains temps, en fait depuis qu'un autre ami, François Gaillard, ex de chez Brest Brest Brest,
m'avait offert des boites de caractères Univers de la marque Tiflex.
Tiflex est une maison lyonnaise qui, à l'origine, créait des tampons en gélatine durcie,
des "timbres flexibles", d'où TI-FLEX.

tiflex-presse-1024x655
Publicité des années 60. La marque proposait ce genre de matériel aux
fleuristes et autres petites boutiques pour imprimer le quotidien...


Dans les imprimeries de presse, une des blagues de bizutage consistait à demander au nouveau de
manger un rouleau encreur, ceux-ci étant pendant longtemps fait
de cette fameuse gélatine animale durcie.
Et puis la boîte s'est diversifiée, à produit de faux tampons officiels
pendant la seconde guerre pour la résistance nous dit le site de l'entreprise,
pour aujourd'hui devenir spécialiste du marquage industriel.

En tout cas, je disposais de boîtes d'Univers en corps 24, 36, 48, 60 et 72, en parfait état.
Ces caractères ne sont pas fait de plomb, mais de plastique durci très résistant.

univers-Tiflex

univers-Tiflex2
Merci à toi, l'Homme qui tremble !


L'Univers, c'est bien sur un caractère dessiné dans les années 50 par
le typographe Suisse Adrian Frutiger.
Pas la peine de retracer ici la bio de ce grand homme, les internets
vous en apprendrons tant qu'il faut.
Mais il a voulu faire un caractère "universel", apte à faire lire toutes les langues,
sans empieter jamais sur le sens du texte par la forme de ses lettres,
ce qui représente la modestie inhérente à toute police bien dessinée.

Adrian-frutiger-at-work
c'est beau, un typo en train de dessiner l'Univers...

Troisième point à relier, l'encyclopédie "Tout l'Univers" et sa fameuse reliure rouge
qu'on trouve aujourd'hui bradée dans tous les vides greniers.
On y trouvait de tout et n'importe quoi,
des histoires dessinées, de la science, de la biologie etc.

tout l univers encyclo

Le projet "Tout l'Univers" est donc né de la réunion de ces trois objets/idées.
Il s'agit de cartographier un lieu, un paysage, mais de façon uniquement textuel,
en jouant sur les différents corps de caractère et sur les couleurs.
Le but est d'éviter de reproduire un "cloud" d'ashtag, ou même une carte mentale
mais de s'en tenir à la géographie du lieu, ou du moins aux éléments qui s'y trouvent ;
si on doit montrer une rivière, on représentera son lit en imprimant son nom, plusieurs fois,
en plusieurs corps, et puis on écrira ce qui y vit, les poissons, algues, galets, insectes etc.

Mais ce n'est pas si facile. Au lycée de Bourg lès Valence qui propose une section agricole,
je me suis un peu laissé débordé -mais c'était ma toute première création d'univers, hein ! -
car les élèves de BTS ont préféré proposer des mots en lien avec la terre
et les échanges entre l'homme et son environnement, pour finir avec une carte à mi-chemin
quelque part entre la représentation mentale d'un environnement social et écologique.

Valentin13

Valentin11

Je n'ai pas encore trouvé de bonne solution technique pour imprimer
les mots en un seul geste. Nous avons donc été obligé d'imprimer
letrre après lettre, ce qui est une contrainte, certes, mais qui offre
aussi une certaine souplesse...

Valentin9

Valentin4

Valentin1

Ce n'est pas exactement ce que je cherche à faire, mais c'est un début.
Voici donc la carte "Tout l'Univers n°1.

Valentinfinal


L'idée est d'en réaliser un certain nombre, présentant des lieux suffisamment différents
pour un jour pouvoir proposer une exposition montrant une partie, restreinte certes,
de tout notre univers...

 

Si donc vous auriez envie de voir un groupe réaliser une de ces cartes, n'hésitez pas à m'envoyer un petit message ;)

Posté par drawdraw à 18:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2019

Soyons stage

Incroyable. Le Professor Draw-Draw est désormais capable
d'accueillir du public dans son atelier, même en pleine froidure automnale.
Incroyable.

Qu'on se le dise, qu'on en profite pour venir
des quatre coins de la galaxie
s'essayer pendant 2 bonnes journées
à la gravure en couleur.

Que ce soit avec le célèbre Lasagnographe pour la taille-douce
ou avec plusieurs façons d'utiliser ce bon vieux linoléum,
vous aurez un aperçu assez complet
de ce qu'il est possible d'imaginer.

Il y a une cuisine à l'atelier où l'on pourra faire chauffer la soupe.

5 personnes maximum, 180 € le ouikende, 90 € de réservation.

Des questions ? N'hésitez pas à nous  contacter :
06 87 74 81 16  / eldrawdraw@gmail.com

 

stage oct 19

 

Posté par drawdraw à 11:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 septembre 2019

à hauteur d'Eyz'

Il est un village perché, près de chez moi, appelé Eyzahut. C'est très joli.
Il est surplombé d'une falaise tout à fait impressionnante. J'aime y marcher.

Mon ami breton J. B. Cautain, comme qui dirait la fesse gauche de l'association
LA MAISON (sise à Vannes) est venu en visite cet été,
et nous n'avons pas manqué d'aller gribouiller les pieds dans l'herbe.
Peut-être verrons nous un jour la gravure qu'il aura tiré
de cette fin d'après-midi au pied de la falaise ;

En attendant voici ma version. Petit message aux puristes géographes :
comme mon dessin a été posé directement sur la plaque, ce que vous voyez
est à l'inverse de la réalité : pour ceux qui ne connaissent pas l'endroit,
ça n'a pas d'importance. Pour les autres, ceux qui veulent à tout prix
voir la réalité en fasse, le miroir est une solution efficace.

Bon, et cette fois-ci, pour changer un peu, j'ai gravé le trait. Donc pour qu'il
n'apparaisse pas en négatif, il faut d'abord imprimer un aplat :

applat-noir

souvenez-vous, c'est mon vieux lino-d'école-qui-pue-des-pieds.
Par dessus, il a fallu bien réfléchir et prévoir plusieurs zones :

Ci-dessous le lino complet

lino-complet

Les 3 zones découpées :

lino-complet-decoupe

Rhoooo, du ciel bleu

lino-ciel-bleu

noir-bleu

Et hop, un petit nuage...

Eyz-noir-bleu-nuage

rhooo de la montagne. Verte.

lino-montagne

et ci-dessous, 2 variations, dûes à l'encrage.

ahauteurd-Eyz-2

ahauteurd-Eyz-fonce

Et enfin, la version provisoirement définitive, ave un premier plan plus jaune.
Je ne m'interdit pas de faire un dernier passage sur les poteaux téléphoniques.

a-hauteur-d-Eyz-final

"A hauteur d'Eyz", linoléum plus ou moins à planche perdue, 5 passages couleurs,
format image 45,5 cm x 25,5 cm.
10 exemplaires numérotés/signés.

 

Posté par drawdraw à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 août 2019

En dessous de tout : Derrière chez Agnès

"J'AIME BIEN Agnès. N'empêche que la trente-troisième entrée,
cachée derrière chez elle, est périlleuse. Vous voyez cette benne de camion relevée :
Attendez d'être à une date dont la somme des chiffres fait 33 et à minuit très
précisément, allez vous allonger sous la benne. Fermez les yeux, décontractez-vous.
Bon voyage."

 

Encore une fois, j'ai commencé par dessiner directement sur une plaque de lino. Le
décor se situe quelque part à La Borne (18), derrière chez une amie céramiste.
J'ai donc commencé par graver la plaque de trait, et j'en ai imprimé 5 ou 6 exemplaires.

trait-noir

Ces exemplaires, je les ai découpé, au fur et à mesure, façon "pochoir"
pour qu'ils me servent de "cadre", parce que les couleurs qui vont s'accumuler
seront composées de morceaux de lino simplement découpés et posés/collés
au bon endroit.

decoupage-jaune

lino jaune

La 1ère couleur : le jaune. Les morceaux de lino sont collés sur la plaque
de bois (qui les amène à hauteur typo) avec du scotch double-faces.
Ci-dessous, l'impression.

1-jaune

Puis le passage vert clair, avec une grosse zone identique au jaune
pour avoir plusieurs variations de verts. Mais en fait, avec les encres typo
très couvrantes, ça ne se voit pas trop.

lino vert clair

2 vert

2-J+V

Et ainsi de suite :

lino-vert-fonce

3-vert-fonce

3-J+V+V

4-bleu

4-J+V+V+B

5-rouge

5-J+V+V+B+R

derrierechezAgnes-final-


"Derrière chez Agnès", linogravure 6 passages couleur accompagné d'un texte composé au plomb mobile
(Ramsès maigre c.12) sur une feuille même format : 32,5 x 45,5 cm. 15 ex. numérotés/signés.

Posté par drawdraw à 10:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 juillet 2019

l'été avec Draw-Draw

C'est l'été.
Il fait chaud
on se dit " tiens !
si j'faisais de la typo
ça s'rait 'achement bien
avec l'gars Draw-Draw
y'a p'têt' moyen ? "

Ben oui cousin, vises un peu :

Les 12,13 & 14 juillet
(c'est demain ça dis donc ! )
à partir de 14h
on trouvera le Professor à Gigondas
entre deux vers d'écrits vains

Gigondas | Typoésie | Accueil

Biennale de l'impression typographique et de la poésie contemporaine, organisée par l'association Le Champ des Signes à Gigondas

https://www.gigondas-typoesie.org


pour l'An II des rencontres typoétiques
organisées par le Champ des Signes.

 

Du jeudi 25 au dimanche 28,
le zigoto s'entoure d'autres champions de
sa catégorie, du genre Professor Papeduc,
pour construire puis franchir le
Mur du Son Typographique,
ce qui n'est pas rien.
Et où ça donc ? Mais au festival de
Chalon dans la rue, of course.
visez la pastille 26 sur votre plan du festival,
vous trouverez le collectif Rouge Plato, et là,
bingo bongo mon gros, v'là Draw-Draw.

fly

flyverso-w

 


Si vous êtes agoraphobe, que vous aimez
vous cultiver et qu'Erasme fait partie de vos lectures
de chevet, alors vous pourrez triturer les écrits du moralistes
amis des imprimeurs au château de Suze la Rousse (26),
tous les lundis et mardis après-midi, du 15 juillet au 13 août.

 

A la Cour des grands ! * Les Châteaux de la Drôme

Expérimentez en famille la vie de Cour à la Renaissance : jeux, sports, loisirs... et bonnes manières !

https://www.chateaux-ladrome.fr

 

Et pour finir, le 15 août, c'est à Marsanne qu'on croisera le
camarade Draw-Draw, cette fois-ci en tant que dessinateur
de l'instant tanné en compagnie du fabuleux Bertrand Boulanger
et du micro-monde provisoirement définitif de
l'Ouscrapo.

ouscraduo

Quel été, nan ?

 

Posté par drawdraw à 21:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2019

Métro - LINO - Dodo

Tout beau tout chaud, c'est nouveau,
c'est chez Drô-Drô :

couv

couv-bas

couvhaut

dos

couv-ouverte-verso

citation

P-8-9

 

P-4-5

P-6-7colophon

 

On peut se le procurer
en contactant l'auteur
pour la modique somme de 22 €
auxquels il faudra se résoudre
à rajouter 5 € de ports
si on veut le recevoir à la maison.

Posté par drawdraw à 23:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juin 2019

En dessous de tout : Le Centre de...

"Cette entrée là est inaccessible. Plusieurs fois j'ai tenté de lire son enseigne entièrement
de comprendre de quoi elle était le centre. Mais il y a toujours eu un évenement pour m'en
empêcher : en voiture mon frein me lâche et je ne peux m'arrêter ; à pied, un flot soudain
et interminable de véhicules me bouche la vue ou de viloentes bourrasques me forcent à
chercher un abris. Une fois même, une nuée d'oiseaux vint se percher sur la façade, me
masquant entièrement l'inscription. Ce centre au milieu de nulle-part semble pourtant une
porte prometteuse..."

 

Comme c'est désormais mon habitude, je dessine directement sur ma plaque de lino, je grave
puis j'imprime la plaque de trait dont le tirage me sert ensuite de pochoir pour les différents
passages couleurs, sur lesquels je fini par ré-imprimer le trait. Reste un dernier passage typo-
graphique (en Ramsès, mais ici, c'est pour l'instant une version numérique et c'est donc du Rockwell).

Les images du "comment je fais" :

centre-decoupe

centre-1-bleu-ciel

lino-1-bleu-clair

lino-bleu-fonce

le-centre-2-bleu-fonce

 

lino-centre-vert

centre-3-vert

centre-lino-marron

centre-4-marron

le-centre-image-final

Centre-texte

LE CENTRE DE...

Linogravure 5 passages sur papier Ababoard 200 g.
format 35 x 45 cm - 16 ex. numérotés/signés
juin 2019

Posté par drawdraw à 12:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 avril 2019

Chronique du Ping - 2

Et puis on avait ce "problème Oliviers."

olivier1


Parce qu'il y a un Olivier dans les deux équipes,
c'est compliqué pour tout le monde d'encourager
le "bon" Olivier.

olivier2

Heureusement, sa chérie, une des trois joueuses de banc de touche, se lève et crie :

olivier3

Après une seconde d'hésitation et un petit rire mal à l'aise, ils se regardent tous,
et  le club de Pujaut se lève comme un seul joueur pour crier :

olivier4

C'était trop mignon. Moi aussi, j'avais envie de dire "vas-y Doudou"
à ce monsieur.

Mais en fait il a perdu.

Posté par drawdraw à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Chronique du Ping - 1

On joue en déplacement dans le petit club de Pujaut. Une salle des fêtes
sur la place du village. Un sol en carrelage donne à la balle une vitesse
à laquelle nous ne sommes pas habitués, nous qui jouons sur
un revétement plus  souple de gymnase.

Dans l'équipe d'en face, il y a Hervé, Christophe, Olivier et Michel. 

Michel. Plus les parties avancent, plus il est tendu, plus il hurle. Beaucoup
de pongistes parlent tout seul, moi le premier. "Vas-y !" "Yes !" "Tchoo !"
quand on est content. Quand on râle, ça peut aller assez loin. Michel, il hurle.

michel1

Ses coéquipiers et ses adversaires sont plus ou moins habitués, et même si c'est franchement
casse-couille, ça prouve tellement qu'il est tendu qu'on le laisse s'énerver un maximum, en
espérant balancer une balle bien vicieuse qui te frôlera tout juste le bord de table, ou qui,
freinée par le filet, viendra s'écraser sur la table là où on ne pouvait l'attendre. Histoire de
l'énerver encore un peu plus. Je crois qu'on rêve tous de le voir fracasser sa raquette sur la table.
Mais là, il joue à domicile, et dans l'équipe d'en dessous, il ya toutes ces dames, on est dans un
club familial.

michel2

 

Alors, grondé par ses mamans, Michel grommelle d'un air navré :

michel4

Posté par drawdraw à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 février 2019

En dessous de tout

"Une petite voix"

Si vous l'aviez entendue pour de vrai, on ne vous aurait plus revu.
La petite voix que susurre cette antique bergerie est douce et chaude.
On peut lui faire confiance, dit-elle. "Viens, entre te reposer" ou "Il fait
chaud à l'intérieur" dit-elle. Mais on n'a plus de nouvelles de ceux qui
s'y sont laisé charmer. Sirène des plaines, cette entrée là semble bien
sans retour.

lino1

orange1

 

lino2

orange-rose

lino3

orange-rose-rouge

petite-voix-final

une-petite-voix-final

 

Je cherche des solutions de mise en page et d'équilibre entre
texte & image. L'une d'elles me paraît être d'éloigner le plus
possible les deux éléments, et de travailler sur un grand format.
Ici, la feuille fait 70 x 50 cm, et je suis obligé de plier la feuille
en 2 avant de la passer sous presse, et j'ai donc choisi un grammage
plus léger qu'à mon habitude, du 180 g. La police utilisée pour le pavé
de texte est toujours mon Ramses (corps 14 - 1/2 gras).

J'ai l'intention de proposer au moins une expo présentant
toutes ces petites histoires, j'espère qu'il y en aura 20, et
peut-être une édition à cette occasion.
Le titre "En dessous de tout" englobe donc cet ensemble d'historiettes
dédiées aux mystères à portée de main...

 

"La petite voix", linogravure 4 couleurs, 15 exemplaires numérotés/signés,
format image : 40 x 30 cm, format papier : 70 x 50 cm.
Janvier 2019.

 

 

Posté par drawdraw à 19:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 décembre 2018

Dread-locks of fire

Vers la fin des années 70, les éditions Tchou sortaient
tout un tas de guides touristico-mystiques, le guide de
la France Mystérieuse, de la Bretagne mystérieuse, de la
Provence mystérieuse etc. C'est d'ailleurs amusant d'y lire
les noms de personnes qu'on retrouvera dans des littératures
très différentes, plus tard. Ces lectures, plus un amour sincère
et profond pour la littérature de genre, les contes et légendes & co,
m'ont donnés envie d'écrire une espèce d'histoire secrète de nos sous-sols.


Voici donc la 3ème estampe de cette série. Je voudrais en réaliser
une 20aine, avec l'idée éventuelle de composer une édition les re-
groupant toutes. On verra si l'inspiration suit.

Le mode opératoire est le même que pour les 2 premières, je dessine
directement sur la plaque de lino, j'imprime d'abord la plaque de trait
et j'utlilise un tirage comme un pochoir pour pouvoir placer les motifs
colorés simplement découpés dans un lino-qui-pue-les-pieds (voir post
précédent). Je me soucie moins du calage, je cherche quelque chose de
plus brut que ce que j'ai pu montrer dans mes travaux précédents.

A vous de juger, vos commentaires sont évidemment les bienvenus...

dessin

La plaque de lino (du Marmoléum gris de chez Mondial Moquette)
sur laquelle je dessine directement au feutre Posca,
qui est un des seuls trucs qui sèche très vite sur la plaque.
Il en existe maintenant en version pinceau.
Je précise que ceci n'est pas un placement de produit
(mais si Posca veut me filer des feutres, je prends :)

1vert

J'ai découpé la première épreuve pour découper les autres plaques, à usage unique,
mais elles ont déjà été tellement piétinées qu'on peut difficilement dire que c'est gâché...

 

2vert-rouge

Se pose toujours le problème de savoir jusqu'où aller.
Moi je me sens assez incapable de justifier un travail abstrait.
D'un autre côté, je pourrais presque en rester là ou à l'état suivant...

3vertjaunerouge

presse-gris

Voilà à quoi ressemble ma presse pour le passage gris qui va suivre :

4vertjaunerougegris

5trait

dread-locks-final

Et voilà, avec le passage typo, composition au plomb manuelle, en Ramses de corps 14 maigre.

txt-detail01

txt-detail02

 

"Dread-locks on fire", linogravure en 5 passages couleurs + 1 passage typo, papier Fabriano blanc format 42 x 32 cm.
Il existe 10 exemplaires numérotés/signés de cette édition.