Draw - Draw

05 juin 2015

le Draw-Draw fait Séribo

affiche-seribo5

 

Venez donc au Séribo,
construire avec le professor Draw-Draw
un nouveau mur du son typographique !

 

Et puis il y a aussi d'autres choses tout à fait incroyablement fantastiques
à voir, à imprimer, à écouter et à manger !

 

Au programme de cette année :
 
Des collectifs d'éditeurs de partout !

CODE B // DRAW-DRAW // CHARLATAN & FILS / Kakakids Records / 1000balles // L'IMPRIMERIE // BERT THE MADSILKSCREAMER // SKITTISH SKELETON STUDIO // NICOLE CRÊME // LES ÉDITIONS DE LA CHIENNE // LE DERNIER CRI // LE PARADOXE DU SINGE SAVANT // LES ÉDITIONS DU PARASITE // JEF KLAK // CQFD journal // LE CAGIBI // INDELEBILE // EPOX ET BOTOX // LA GENÉRALE MINÉRALE // LES GRANDS ENSEMBLES // LE MONDE A L'ENVERS // MARWANNY CORPORATION // PAPIER GÂCHETTE // HORS-CADRE // VOODOO Collectif //KARLO & KARLATE / Ed. 58°Galbés (bibliocarlo) // LE BLUS ! / Les Petites Editions - bus nomade // LES INATTENDUS - omniprésence incertaine...

 
Ateliers, animations interventions variées :

 

Plateau radiophonique et rencontres sonores entre JEF KLAK et Marie Marquet
Mme RUETABAGA, atelier plein air pour les enfants
PENESTO pour des portraits à la chambre : mini-labo-photo-mobile
GRUIK, en ciné-camion dynamique
JEAN BENDER, triturage de jouets, circuit-bending
BOUCHE KOOZU : prêt à porter et sérigraphie

 
Concerts, performances et autres curiosités :

SAMEDI 06 JUIN :

RACLE'N'ROLL - musique sérigraphiée, Lille
PAKITO BOLINO & Invités surprises ! - musique projetée, Marseille
GUILI GUILI GOULAG harpe-core, Bruxelles
CANTENAC DAGAR - psyché bhangra lo-fi, Toulouse
INFECTICIDE - electrowave-neo-dada, Paris
DJ BOOM BOOM DANS TON COEUR djset, Marseille


DIMANCHE 07 JUIN :
STRANGE FRUITS - conte musical, compagnie Kta, Marseille
CONFERENCE SUR LA JUBILATION - Camille Boitel, Marseille
ANNE-LISE LE GAC ET AYMERIC HAINAUX - 
performance headbanging, breath, beat, Toulouse
SAM KARPIENIA - chant occitan, mandole, loops, Marseille
DJ TOD djset, Drôme

Tout ce que vous devez savoir en plus :
 
Le site est ouvert au public le samedi de 14h à 01h et le dimanche de 11h à 23h.
L'entrée est, à votre jugement, entre 5 et 8 euros
Il donne accés à tout ! Programmation tout public.
Restauration et buvette sur place, repas végétariens, glaces maison, crêpes, pizzas au feu de bois - petit prix.

Le camping n'est pas possible sur le site même ! 

Nous vous invitons à vous poser sur les bords de Drôme alentours, 
ou à vous renseigner sur les campings proches et peu onéreux qui ne manquant pas !
 
Tout plein d'infos complémentaires sur le blog : http://seribo.over-blog.com/

Posté par drawdraw à 17:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


30 mai 2015

Les pieds sur la table

Voici donc la dernière estampe de cette série de cinq, sur le thème des Traces,
pour la biennale de gravure du musée de Saint-Maur, on verra bien ce que ça donne.

En attendant, qu'on ne me parle plus de squelette ou de muséum avant un bon moment.

Cette dernière gravure comporte sept passages couleurs, les deux premiers étant très proches
au niveau de la teinte et de l'intensité, l'un des deux est sans doute superflu, mais c'est comme ça.

Voici donc la plaque, préparée pour le premier passage. Le dessin est posé au bic, et seule les
zones correspondantes aux fenêtres sont gravées.

lino01

 

Le résultat imprimé...

 

imp-01

 

La plaque prête pour le deuxième passage

lino02

 

Ci-dessous, les premiers et deuxièmes passages,
un peu trop proches l'un de l'autre...

imp-01-et-02

 

Troisième état de la plaque

lino03

 

detail-lino-02

detail-lino-02-2

detail-imp02

voici le quatrième passage...

imp-03

Et le cinquième, un peu de lumière

imp-04

Une fois le décors posé, il ne reste plus qu'à
s'occuper des squelettes, avec un premier passage gris foncé...

lino-05

imp-05-et-06

et un gris plus clair, qui laisse apparaître un trait
gris foncé

lino06

Pour finir avec un septième et dernier passage blanc
pour essayer de renforcer le premier plan

final

detail-final-02

detail-final-01

Et voilà. Ca s'intitule "Les pieds sur la table", linogravure à planche perdue,
7 passages couleurs, format papier 32 x 42 cm, papier Fabriano 250 g.
20 exemplaires numérotés/signés

19 mai 2015

Contre-plongée (dans le temps)

Quatrième gravure de cette série de cinq, fruit d'une lente errance
au Muséum d'histoire naturelle de Paris.

Il s'agit toujours de linoléum à planche perdue, mais j'ai ici suivi une
stratégie différente. Jusqu'alors, j'avais d'abord imprimé les couleurs
correspondantes au décors, pour finir par, en général, trois gris pour
les squelettes. Ici, donc, j'ai commencé par un gris foncé, puis un gris
clair, puis un blanc (qui a vite tourné au gris), pour ensuite poser un
marron foncé, puis un orange. Dans un élan de folie "pop", j'ai aussi
imprimé sur certains tirages une couleur supplémentaire, plus acidulée.

Par ici la visite :

imp-01

premier passage, gris foncé

imp-2

 

2ème passage, gris clair

imp-1-et-2

lino-3

 

ci-dessus, le lino gravé pour le 3ème passage, blanc.

imp-2-et-3

 

imp-03

 

3ème passage, blanc. Si j'avais attendu un peu plus, ça aurait été
réellement blanc, là ça a vite tourné au gris clair...

 

lino-4

 

Une fois les couleurs du squelette posées,on peut l'enlever, pour
ne garder que le fond, qui ne contient que peu de détails...

imp-04

 

4ème passage. A partir de là, les choses deviennent délicates,
parce qu'il faut gérer les contrastes. Évidemment, ça fonctionne
très bien avec un fond très foncé, mais je veux un peu plus de subtilité...

Je me suis dis qu'un orange un peu rouille pouvait faire l'affaire

lino-5

 

 

 

 

imp-4-et-5

 

 

Voilà donc la version orange, suivie de variations colorées...

 

final-orange

final-rose

final-vert

final-jaune

"Contre-plongée (dans le temps)"
linoléum à planche perdue, 5 ou 6 passages couleurs
impression manuelle sur papier Fabriano 350 g.
format papier : 32 x 42 cm, format image : 26 x 33,5 cm
20 exemplaires numérotés/signés, mai 2015.

18 mai 2015

Quant à l'œil poussant, voir les détails

Le 26 mai prochain aura lieu pour la troisième fois la "Fête de l'estampe", organisée
par l'active association Manifestampe.

La première année, j'avais convié ma consoeur Sarah d'Haeyer, des éditions Ritagada,
à venir travailler à l'atelier une semaine, puis nous avions exposé le fruit de cette collaboration
ainsi que nos travaux personnels.

DD-dhaeyer

 

Sarah était venue avec des citations littéraires, et nous avions composé et gravé
plusieurs séries d'affiches, mélant les linogravures originales de Sarah, et mes compositions
typographiques.

L'année dernière, c'est Céline Thoué, éditrice de la très belle revue gravée Mécanica
( dont on a bien sur déjà parlé ici même) qui avait accepté mon invitation et avec qui
nous avions avancé dans sa réflexion sur les cartes géographiques, leurs légendes
typographiques, leurs confrontations avec le réel qu'elles sont sensées représenter...

celine-quentin-w


travail qu'elle prolonge aujourd'hui encore, notamment en collaboration avec Mathilde Seguin,
autre talentueuse graveuse.

Et cette année, j'ai le plaisir d'acceuillir Pierre Abernot, l'autre moitié du duo de "l'Epluche-doigts",
(la première tête de l'hydre étant Céline Thoué !), longtemps trio avec Laurent Gorris...

affiche-26-mai

 

Pierre, avec qui nous évoquions depuis un moment l'idée de travailler ensemble,
est arrivé à l'atelier avec un manuel de greffe végétale, "l'Art de la greffe" (3ème édition)
de Charles Baltet (horticulteur à Troyes), Masson & co éditeurs, 1913.

J'ai ouvert le livre plus ou moins au hasard, et j'en ai tiré les phrases les plus absurdes ou
évocatrices, une fois sorties de leur contexte. Puis, nous avons commencé à imprimer,
chacun de notre côté, sur des papiers et des formats différents, avant de se repasser
la patate chaude. La logique du travail s'est révélée petit à petit, et ce n'est pour nous
que le début d'une collaboration qui nous mènera certainement, du moins l'envie est là,
vers l'édition d'un ouvrage, dont la forme reste encore à définir...

greffe 064

 

Greffe

 

 

ci dessus, un monotype de Pierre, imprimé par dessus une première impression
de papier bulle (oui oui, le papier d'emballage).

greffe-en-couronne

 

une forme plastique découpée par Pierre, sur laquelle
je suis intervenu avec des filets typographiques, entre autre.

typo-01

 

 

Le genre de phrase que j'aime.

Vous pouvez donc venir voir ce début de "work in progress" au Quai de Pont-de-Barret,
non pas dans la salle d'exposition habituelle, mais dans la spacieuse nouvelle salle, inaugurée
en grandes pompes (et donc avec des pointures) le 6 mai dernier.

Le vernissage aura lieu ce vendredi 22 à partir de 18 h, et l'expo sera ouverte tous les après-midi,
du samedi 23 au mardi 26 (la fameuse journée de l'estampe), de 14h à 18 h, et je serais là, en personne,
pour répondre à toutes vos questions sur l'art de la gravure, et pour vous préciser à quel ordre établir
les chèques.

 

*toutes les affiches du Quai, sauf mention contraire, sont imaginées et mise en page par Tezzer,
puis composées aux plombs mobiles, gravées et imprimées sur les presses typographiques Draw-Draw.

Posté par drawdraw à 21:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mai 2015

5 colonnes à la une

Quel titre, hein ? 

Bien, voici donc notre quatrième visite au musée d'histoire naturelle,
cette fois ci du côté de ce qu'il reste des baleines antiques et autres
cétacés. Comme d'habitude, une seule plaque de linoléum re-gravée au
fur et à mesure pour laisser voir la couleur précédente. J'ai presque réussi
à enlever toute la matière de la plaque, en 6 passages : c'est parti 

Un premier passage orange, gravé uniquement pour laisser apparaître le
blanc du papier à la place des fenêtres. Puis un deuxième passage, "chocolat",
pour les menuiseries du décors.

imp-1-et-2

 

ci-dessous, la plaque de lino dans son deuxième état, pour l'impression
du marron chocolat

lino-2

imp-2

 

La plaque dans son troisième état, pour le passage gris foncé, qui
ne concerne que les squelettes et les armatures en métal, tout ce qui
était le décors a été enlevé.

lino-3

 

Ci-dessous, 3ème passage, gris foncé.

imp-3

 

puis la plaque pour le 4ème passage, un blanc, qui deviendra gris clair
parce que je n'ai pas assez attendu que l'encre précédente sèche...

 

lino-4

 

le 4ème état, il ne reste plus qu'à s'occuper des armatures
métalliques que j'ai choisi de faire vertes, pour apporter un
peu de gaieté à tout cet ossuaire.

imp-4

imp-3-et-4

 

la plaque dans son 5ème état, il n'en reste plus grand chose...

lino-5

imp-5

 

6ème et dernier état de la plaque...

 

lino-6

5-colonnes-final

 

"5 colonnes à la une", linogravure à planche perdue,
6 passages couleur, format image 36 x 26 cm, imprimée
sur papier Fabriano 300 g. format 42 x 32 cm, 20 exemplaires
numérotés signés, mai 2015.

Posté par drawdraw à 15:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]



29 avril 2015

Museum

Un mois plus tard, nous voici de retour, arpentant toujours
les allées encombrées du Muséum parisien.
Voici la suite de cette série en 5 épisodes, du moins si mes
doigts veulent bien tenir le coup.

C'est parti pour la visite :

impression-couleur-1-w

Cette fois-ci, je voulais éviter le cerne noir pour
faire une différence de traitement entre l'arrière 
et le premier plan. J'ai donc décidé que ce marron chocolat,
premier passage, serait la couleur des contours pour les
éléments du fond de l'image. J'ai ensuite gravé la plaque pour la préparer
au second passage, un marron "chocolat au lait". Ben oui, c'est Pâques...


detail-lino-couleur-2-encre

detail-lino-couleur-2-w

lino-couleur-2-w

 

Après les détails, voici l'impression du 2ème passage,
qui laisse voir le marron foncé

impression-couleur-2-w

 

voici la plaque gravée pour le (déjà) 3ème passage,
un jaune pour ajouter un peu de lumière et de relief
au décors du fond, je trouve que ça manquait sur la
gravure précédente...

 

 

lino-couleur-3w

impression-couleur-3w

impression-couleur-3-detail

en dessous, le 3ème passage, jaune, recouvert
par le 4ème, un gris foncé sur les squelettes, on
ne touche plus au décors, merci.

impression-couleur-3-et-4

 

ci-dessous la plaque prête pour le 5ème passage gris foncé

 

lino-couleur-4-encre

impression-couleur-4

lino-couleur-5

 

puis un gris clair.

impression-couleur-5

 

J'aurais dû en rester là. Mais j'ai trouvé, malheureusement,
que le premier plan ne ressortait pas assez.
J'ai donc trituré cette pauvre estampe tant et plus,
jusqu'au résultat final que je trouve un peu lourdingue,
mais j'imagine que ce sont les risques du lino à planche perdue...
vivement la prochaine.

rhinoceros-final

 

"Rhinocéros"
linogravure "à planche perdue"
format papier 43 x 32 cm, image 34 x 26 cm
impression sur papier Fabriano 250 g.

plus ou moins 20 exemplaires, bientôt numérotés & signés...

Posté par drawdraw à 19:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 mars 2015

Et toujours, ils rient

La-Meute-web

 

Ce lino gravé, intitulé "La Meute" en référence à un roman
d'un de mes écrivains de sf français de prédilection, Serge Brussolo,
était le premier d'une série consacrée au muséum d'histoire naturelle
de Paris, et à son incroyable galerie de l'évolution.

Voici la deuxième image de cette série, un lino à planche perdue
comme d'habitude, dont voici les étapes de réalisation...

Le premier passage est marron foncé. Comme j'utilise souvent des
encres typos glanées ici où là, cela offre parfois des surprises. Ce
marron foncé a été réalisé à partir d'un rouge trafiqué par
l'ancien typo de Valréas (84), et je sais pas ce qu'il a mis dedans mais... 

passage-01-lino

passage-01-papier

 

Ci dessous la plaque re-gravée pour le deuxième passage,
un ocre clair sensé recouvrir en partie le marron précédent,
sauf que...

passage-02-lino

 

Sauf qu'au début, tout s'est bien passé, l'ocre
couvrait parfaitement le premier passage ;

 

passage-02--1-papier

 

Et puis au bout de 2 minutes, je me suis aperçu
que le marron refaisait lentement surface

passage-02-2-papier

 

Jusqu'à rendre un effet "aérographe" plutôt
surprenant.

 

passage-02-3-papier

 

Puis vient le troisième passage, j'ai enlevé de la plaque
tout ce qui concerne le décors pour ne garder que les
silhouettes des squelettes, pour un premier passage gris.

 

passage-03-lino

passage-03-lino-encre

passage-03-papier

 

Ensuite vient un quatrième passage, blanc, qui laisse
apparaître le gris précédent pour former les ombres

 

passage-04-lino

passage-03-et-04-papier

passage-04-papier

 

et enfin, dernier passage, dernier état de la plaque,
le trait noir.

passage-05-lino

et-toujours-final-clair

 

Le résultat sur fond clair. La prochaine fois, je ferais attention à ce
cerné noir qui a tendance à trop tirer l'image vers la BD, et à beaucoup
lui enlever de profondeur.

et-toujours-final-fonce

et enfin, une version plus foncée.

 

C'était "Et toujours ils rient", linoléum à planche perdue,
5 passages couleur, format image : 36 x 26 cm, format
papier : 42 x 32 cm, impression sur papier Fabriano ivoire
250 g. 20 exemplaires numérotés/signés, 200 euros.

Posté par drawdraw à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 mars 2015

Récréation

La plupart du temps, on veut bien faire, on veut se simplifier la vie
et on imagine des stratagèmes permettant de gagner du temps.

Par exemple, moi, j'adore faire des livres pliables, mais le problème
avec ce genre de choses, c'est que si l'impression ne pose pas de souci,
il y a derrière tout une série de manipulations de façonnage (plis, collages...)
assez fastidieuses.

En voyant, sur ce vide grenier, ces bandes de papier pour vieilles calculatrices,
je me suis dis que c'était LA solution à tout ça...

rouleau-papier

 

Bien sur, rien ne s'est passé comme prévu. D'un côté, je n'ai pas eu
à coller plusieurs bandes de papier pour n'en former qu'une grande,
mais en échange, je me suis sérieusement compliqué l'existence.

D'abord, ma presse typo ne fait que 50 cm de long, donc il a fallu
couper mon abécédaire (parce que c'est ça, un abécédaire de bistrot,
que j'avais l'intention de réaliser, avec une impression de plaques de lino
et une impression typographique) en 4 bandes de 40 cm et quelques.

lino-sur-presse

 

Ensuite, il a fallu marquer au dos de mon papier les limites de chaques plaques,
pour pouvoir caler correctement le papier à chaque passage de façon que les
4 bandes s'alignent correctement. Ensuite, surprise, je me suis aperçu que
j'allais devoir masquer les 3 bandes que je n'imprimerai pas, sinon,
elles marqueraient le rouleau !!

bande01

 

Ci dessus, seule la première bande est visible et prête
à être imprimée, les 3 autres sont masquées pour ne pas
salir le rouleau. A chaque passage, je devais donc installer ce
système de masquage... De plus, la bande de papier étant assez lourde,
elle n'arrétait pas de glisser, il m'a fallu improviser pour éviter qu'elle ne
bouge de trop.

bande01-impression

bande01-imprime

 

Voilà la première bande enfin imprimée. Comme
j'ai eu l'idée bizarre de faire 50 exemplaires, ce que je
ne fais jamais, et qu'il y a 4 bandes de lino, plus 4
passages de textes, sans compter la couv' et le dos,
je suis bon pour environ 400 passages... 

 

 

bande02

 

on masque la première bande, la troisième et quatrième,
et on encre la deuxième...

bande-entiere

 

Ouf, voilà le lino imprimé. Il ne reste plus qu'à caler puis imprimer le plomb
typographique, et ensuite, il faudra plier tout ça et le coller entre la couv' et le dos.

Un jeu d'enfant (un peu zinzin, c'est vrai.) Quand je pense que tout ce processus,
c'était pour me simplifier la vie...

Bon, allez, on arrête de se plaindre, et on regarde ce que ça donne :

couv

int-01

dos

 

Albert

Bernard

Claudia

Dominique

Eddy

 

Fanny

Gerard

Hugo

Iris

Jerome

Oui oui je sais, le J est à l'envers, ça va, c'est bon quoi...

Ken

Leon

Manuel

Nicolas

Oreste

 

Paola

Quentin

Rene

Suzie

Tom

 

Ursula

Victor

Walt

Xorje

Yan

 

Zoe

colophon

 

 

Et le pire, c'est que quand les amis de l'Epluche-Doigts
m'ont proposé de récupérer tout un stock de papiers en
rouleau, je me suis dis que c'était une super idée !

 

"Typograp'hic" un abécédaire en 26 piliers de bistrot,
1 m 40 d'impression entre deux sous-bocks, 50 exemplaires
numérotés & signés par le patron, 25 euros la tournée.

10 mars 2015

Un ciel d'orange (à Lyon)

La très bonne maison "La Maison" a eu la gentillesse de me commander
l'exécution d'une gravure dont la seule limite était le format de la page, un A4.
Voici donc "Un ciel d'orange", une gravure à planche perdue, comme d'hab', en
trois passages couleurs que je m'en vais vous expliquer de suite.

Voici donc la plaque prête à être gravée. Je pose mon motif au crayon, puis au
stylo bic, dont l'encre résiste parfaitement aux essuyages successifs de la plaque.

plaque-etape-1

Voici la plaque encrée pour le premier passage, avec un orange qui a l'air
très peu opaque, mais il ne faut pas se fier aux appâts rances*.

encrage-etape-1

Si ça c'est pas de l'applat !

etape-1-papier

Une fois mes trente exemplaires imprimés, je peux
ré-attaquer ma plaque pour la préparer au deuxième
passage, c'est à dire enlever de la matière là où je veux
que l'on continue à voir l'orange.

gravure-etape-2

Et voici donc la plaque encrée pour le passage suivant,
un bleu-noir profond...

etape-2-lino

Et hop...

etape-2-papier

Et puis dernier passage une fois le bleu bien sec,
un gris, ce qui veut dire que j'ai enlevé du lino partout où
je voulais que l'on voit apparaître le bleu...

etape-2-et-3-papier

final-orange

"Un ciel d'orange", linoléum à planche perdue, 3 passages couleurs,
format de l'image 24 x 18 cm, format papier 29,7 x 21 cm.
30 exemplaires numérotés & signés.

 

*jeux de mot laid de pêcheur breton, la Maison
étant située à Vannes, ce qui donne droit à quelques blagues (à tabac).

Ok, j'arrête (de...)

Posté par drawdraw à 18:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 février 2015

Karateka

Je rentrais de Morlaix par l'autoroute. Un de mes rares plaisirs
dans cet univers plat et monotone, ce sont les aires de repos.

Pas que je sois fan du faux café et du sandwich en papier de verre,
mais j'aime flâner dans leurs boutiques, à la recherche d'objets qu'on ne
peut trouver que là ; cd oubliés de tous, ouvre-bouteilles chinois, et surtout,
le rayon librairie. J'y ai trouvé ce jour là un "splendide" manuel de
karaté, où l'on peut voir deux types poser pour expliquer les différents mouvements.

Je pense que l'auteur n'avait pas les moyens de se payer un aller-retour pour le japon,
il est donc allé quelque part en Italie, ou peut-être en Bulgarie, va savoir, et il a
réussi à se dégotter deux karatéka, l'un avec une barbe de bucheron, l'autre avec
une coupe de playmobil. Je me suis donc inspiré des photos du manuel, ainsi que d'une
phrase d'introduction qui dicte dorénavant
la moindre de mes pensées et jusqu'au plus simple de mes gestes.

karate-couv

tout

karate-01

karate-2-3

karate-4-5

karate-6-7

karate-8-9

karate-10-11

karate-colophon

ho-wa

 

KARATE, format 15 x 12 cm, impessions sur papier keykolor 250 g.
 compositions typographiques au plomb mobile,
pour info, le caractère étrange du colophon, c'est du Peignot,
celui du titre, du Hobo.
20 exemplaires numéroté & signé, 25 euros

Posté par drawdraw à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 février 2015

Vox populi

Vous n'êtes pas venu au Quai ce week-end, et vous vous en voulez,
je comprend, mais c'est pas non plus la peine d'en faire tout un plat, c'est
comme ça. Pour vous rattraper, vous pouvez toujours commander le
n°3 de la revue de Céline Thoué ici, dont on rappelle le principe :
4 graveurs composent deux images, et un auteur propose un texte,
en autant de variations sur un thème donné par Céline, (qui imprime
à la main sur presse typographique 70 exemplaires de sa revue, pour la
vendre ensuite au prix dérisoire de 15 euros, ce qui fait bien évidemment
que les 2 premiers n° sont épuisés, et que le nouveau ne va pas durer
très longtemps). Il s'agissait pour ce 3ème opus de s'inspirer de : "Vox Populi".

J'ai donc commencé à effectuer quelques recherches, en tournant tout
d'abord autour de la citation complète (vox populi, vox dei).
Ensuite, je me suis demandé si je n'allais pas réaliser deux fausses couvertures
du journal de Proudhon, "La voix du peuple", (à ne pas confondre avec
"Le cri du Peuple", de Jules Valés).

J'ai donc regardé sur internet à quoi pouvait ressembler le journal, et c'est là
que je me suis rendu compte d'un truc assez glaçant : Quand on tape les mots
clés "Voix du Peuple" dans Google image, les premières images sont bien celles
du journal de Proudhon, mais très vite, on tombe sur des affiches de...
Marine Le pen ! Du genre : "La voix du peuple, c'est Marine !". Et en y regardant
de plus près, on se rend compte que les chargés de com' du front national
récupère peu à peu tout le champs lexical de gauche, pour le retourner
comme on déshabille un lapin et hop ! ni vu ni connu, voià Marine en Liberté
guidant le peuple de Paris. A gerber.

Du coup, je suis reparti sur ma première idée, en tombant sur une lettre
qu'un conseiller de Charlemagne écrit à son empereur, en lui disant qu'il ne
faut pas forcément prendre la citation au pied de la lettre, et que le peuple
est en général de très mauvais conseil, et qu'un empereur sera toujours bien
avisé de ne pas trop écouter sa voix...

estampe-droite

page de gauche

détail

detail02

page de droite

estampe-gauche

détail

detail01

 

"Vox Populi", linogravures, format : 30 x 24 cm, 2015.

 

 

Posté par drawdraw à 22:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 janvier 2015

MECANICA

affiche mecanica

Mesdames et  Messieurs,
le week-end du 31 janvier et 1er février 2015,
le Quai de Pont-de-Barret a le très graaand plaisir de
présenter le numéro 3, tout beau tout chaud,
de la revue de gravure éditée par Céline Thoué :
Mecanica.


vernissage le samedi à partir de 11h,

 

pour découvrir les gravures de ce nouveau numéro,
celles des deux précédents et les travaux personnels

des graveuses, graveurs, ayant participé au n° 3.

 

ATELIERS GRAVURES PAR  Sarah d'Haeyer, Céline Thoué, Evelyne Mary &
Quentin Préaud (à partir de 6 ans jusqu'à 124 ans).
samedi et dimanche à partir de 14h 

 

Il y aura de la linogravure, du tatouage à la gomme, de la typographie, et
tout ça pour un prix que vous fixerez vous-même ! 

 

La caravane "La Karton" du village des Zarkyroul viendra se poser dans le coin,
et vous pourrez y découvrir les courts métrages des éditions "Impressions Fortes ».

 

Bien sûr, il y aura à boire et à manger, et on va rire, mais rire,
et dessiner et graver, et enfin, 2015 va

pouvoir commencer à être une bonne année !

Posté par drawdraw à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2015

Aveu de faiblesse

Quel terrible, quel lamentable, quel ignoble aveu de faiblesse.
En faisant massacrer les journalistes de Charlie Hebdo par leurs
3 chiens noirs, les maîtres assassins n'on fait qu'avouer au monde
la très grande peur qui les assaille.
Ils ont beau jouer aux durs, se servir des frustrations qu'engendre
notre république imparfaite pour tenter de la saboter, ils peuvent bien
prendre une religion toute entière en otage, ils peuvent s'entrainer
au maniement de la Kalach', il n'en reste pas moins qu'ils tremblent,
de rage et de peur, devant une armée de crayons à papier.

En zigouillant Cabu et ses comparses, ils n'ont fait que renforcer la
puissance de la caricature, ils ont montré à quel point elle était
pertinente et indispensable.

Pour ma part, je veux dire ici que ma plume et mon feutre, je suis pret
à les offrir à Charlie Hebdo; ça vaut ce que ça vaut, mais si chacun,
chacune d'entre nous envoyait un texte ou une image à Charlie, alors
ceux qui nous menacent comprendraient clairement qu'ils viennent de
souffler les premières braises d'un juste brasier qui jamais ne s'éteindra.

barbus

 

Posté par drawdraw à 18:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 janvier 2015

Pour épater la galerie

 

ça va être fort beau, vu les artistes présentés.
Pour ma part, vous pourrez voir 4 de mes dernières gravures.
Et puis, la galerie de l'Echiquier, c'est de toutes façons
une adresse à rajouter dans vos carnets
parisiens.

27 décembre 2014

De quoi l'UMP est-il le nom ?

Pour celles et ceux qui peinent, tous les ans,
à trouver non seulement une carte de voeux originale
et surtout qui ne savent pas vraiment à qui l'envoyer,
le professor Draw-Draw apporte une double solution :

reviens-pas

carte postale composée en "Bainville éclairé" de corps 36, que vous pouvez
donc commander chez Draw-Draw, pour l'envoyer au nouveau président de
l'UMP à cette adresse : 238,rue de Vaugirard, 75015 Paris.
Ça lui fera des souvenirs, et sa nouvelle année commencera
dans la bonne humeur, ce dont il vous sera certainement
reconnaissant.


A ce sujet, il semblerait que l'acronyme UMP,
à l'origine
Union pour une Majorité Présidentielle, (celle de Chirac)
ait désormais un autre sens.
On hésite entre :

"Ufologues Malheureusement Presbytes" ?

"Union des Missionnaires Priapiques" ?

"Ustensiles Minoritairement Pratiques" ?

"Ultimatum Maladroitement Passéiste" ?

"Union des Mollusques Parisiens" ?

"Urticaire Majoritairement Porcin" ?

"Ubus Mélodramatiquement Psychédéliques" ?

Cela reste un mystère pour les non-initiés.
En attendant, la carte postale est à 2 euros,
mais le plaisir d'offrir, ça, ça n'a pas de prix les amis...

Et n'oubliez pas : si vous êtes déjà membre de l'UMP,
(quelle que soit la signification de ce sigle), nous vous ferons un nice price ;)

 

Posté par drawdraw à 20:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 décembre 2014

Bientôt la rentrée

Une fois les réjouissances de fin d'année expédiées,
vous pourrez, pour digérer, venir vous dégourdir les yeux
dans la très bonne galerie L'Echiquier, à l'occasion de l'exposition
AVENTURES GRAPHIQUES
une présentation des artistes permanents de la galerie.
Le vernissage se tiendra le vendredi 09 janvier 2015, à partir de 18h 30.

Pour l'occasion, voici trois nouvelles gravures, deux lino à planche perdue
et une pointe sèche, que vous pourrez donc voir en exclusivité et "pour de vrai" le 09/01.

chambre237-final

"Chambre 237", linoléum 5 pasages couleur, notez que, de nouveau,
j'ai commencé par la couleur la plus foncée, le rouge, pour venir par dessus
avec le orange des briques, le gris foncé puis le gris clair, pour finir
avec le bleu du ciel.

detail01

 

detail02

Format : 26 x 36 cm, 20 exemplaires numérotés & signés, 200 euros

 

dreyfus01

dreyfus02

dreyfus03

Dreyfus-final

"Aux bonnes affaires Dreyfus",
linoléum à planche perdue.
Très mauvais jeux de mot, je vous l'accorde, mais c'était difficile
de passer à côté, d'autant qu'une gravure précédente, montrant
le magasin voisin "Reine", devait s'appeller " La reine des buttes"
(puisque tout ceci est situé au pied du sacré coeur, près des halles
St Pierre) et a finie en "Près de st Pierre", celui-ci, j'allais pas le laisser passer !

Format : 26 x 36 cm, 20 exemplaires numérotés & signés, 200 euros

Et pour finir, une pointe sèche sur Rhénalon, tirée d'un dessin initialement réalisé à
l'occasion d'une l'exposition organisée à la Fondation Taylor par l'association la Taille & le Crayon

plaine-de-pneu-final

"Une plaine de pneus"

Format : 26 x 36 cm, 10 exemplaires numérotés & signés, 200 euros

 

Galerie l'Echiquier,
16 rue de l'Echiquier
75010 Paris

ouvert le samedi de 14h30 à 19h00 et le dimanche de 14h30 à 18h00
et aussi sur rendez-vous

Posté par drawdraw à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 décembre 2014

Chez Jean-Paul

Combien reste-t-il, en France, d'imprimeries typographiques ?


Je ne parle pas d'ateliers dans lesquels on trouve une presse typo
dénudée de ses rouleaux encreurs et vouée à la découpe ou à la
dorure à chaud, tandis qu'une imprimante numérique ou même une presse offset réalise
le travail d'impression.


Non, combien d'atelier peut-on encore trouver, avec des casses
remplies de caractères en plomb, de filets de découpe et de numéroteurs
automatiques ? Qui fait encore du ticket de cantine ou de tombola, des
faire-parts de naissance ou de mariage ultra-chiadés, tirés à 20 exemplaires
avec 15 passages couleurs et pliage à gogo ?
Qui fait encore du tableau d'horaires de marées ou de chemin de fer ?
A priori, personne. Aujourd'hui, quand on parle de typographie, il s'agit
en général de création numérique, que ce soit de la mise en page
ou de la création de polices de caractère.


Parce que j'ai été amené à rencontrer pas mal de vieux de la vieille, l'idée
d'établir une espèce de recensement m'est venu. Et si je dessinais, sur la carte
de France, une belle esperluette (&), et que j'essayais de visiter tous les ateliers
typographiques encore en fonctionnement présents sur ce tracé, est-ce que ça ne raconterai
pas quelque chose de ce métier bientôt entièrement oublié ?
Il ne s'agit pas de nostalgie, mais plus simplement de rencontres, avec des gens qui aiment
ou qui ont aimé passionnément leur métier, et qui pourraient en parler pendant des heures.
Ça s'appelerait "Projet Esperluette", et ça commencerait quelque part dans le sud, mettons
entre Cannes et Nice, à Villeneuve-Loubet, pour être précis...

devanture

 

Suite à une annonce sur le bon coin, je rencontre Jean-Paul Ciarlo ;
il a une presse à épreuves à vendre et mon amie Sarah d'Haeyer, qui rêve
d'en acquérir une, l'a contacté, et je me propose d'aller la chercher, pour
rencontrer Jean-Paul et en profiter pour lui acheter quelques casses,
puisqu'il part à la retraite. Nous fixons un rendez-vous en semaine, "le
samedi, ça m'arrange pas vraiment, je chasse" me dit-il au téléphone.
J'avoue qu'en descendant, je ne sais pas trop à quoi m'attendre, je fais
à priori confiance aux typo pour être des gens plutôt aimables, mais dans
ces régions souvent éloignées de tout bon sens, on ne sait jamais.

Or, c'est un grand type jovial qui m'acceuille une fois passé le pas de porte.
Une moustache et un grand sourire sur un visage où, malgré l'age, on
discerne encore l'enfant qu'il a été, sentiment renforcé quand au cours de la
discussion (qui s'engage vite et qui laisse tomber le vouvoiement à la deuxième phrase)
j'apprend que l'école n'était pas son truc, et que c'est lors d'un stage qu'il se retrouve
les mains dans le plomb et le nez dans l'encre des rouleaux mécaniques.
Il me dira ce que tous les autre typos rencontrés m'ont avoué, l'imprimerie est un virus
dont on ne guéri jamais, il n'y a pas de vaccin connu à ce jour, je n'ai encore jamais
rencontré quelqu'un qui m'aurait dit, "j'ai été typo, mais ça m'a ennuyé
alors je suis devenu comptable". Jamais.


Après les premières années à apprendre le métier dans une grande boîte de Grasse, il se met
à son compte et ouvre son imprimerie de quartier. Une des blagues avec lesquelles ont bizutait
les apprentis ? On les envoyait chez le confrère pour aller chercher la "pompe à rouleau". L'autre
comprenait le truc, et vous faisait marner l'arpette, "ha, bé, tu tombes mal, je viens de la préter,
faudra revenir plus tard", et le jeune rentrait tout peneau au bercail, sur de se faire enguirlander
vu que sans pompe à rouleaux, comment on allait les gonfler, ces cons de rouleaux en caoutchouc
dur ? C'était plutôt sympa, comme bizutage, parce que dans la presse, l'aprenti était (fortement)
invité à manger un rouleau, à l'époque où ceux-ci étaient encore confectionnés en gélatine !
Bref, Jean-Paul a fait sa vie de typo, essentiellement avec la Roll's des ateliers, la presse à
platine des industries Heidelberg, qu'on trouve dans à peu près tous les ateliers de ville. Jean-
Paul connaît la sienne absolument par coeur ; elle est complète, avec tous ses accessoires,
et on passe un bon moment à évoquer tous les trucs incroyables qu'on peut faire avec cette merveille !
On parle de tous les boulots insolites qu'il a pu faire, de l'arbre généalogique de Célestin Freinet,
au faire-part du bassiste des Rolling Stones qui avait une baraque dans le coin, en passant par des
faire-parts de Bar-Mitzva hallucinants et hors de prix...

Je trouve chez lui de très belles polices, notamment une Calypso
dont j'espère vous montrer bientôt un exemple,
une Bainville éclairée, et d'autres étroites fort élégantes.
Et puis il m'offre un chien d'imprimerie,
des serrages et des réglettes en bois servant à la redistribution du texte.
On se quitte en se promettant de se revoir, dans mon atelier cette fois-ci.

Comme je n'ai pas tout pris dans son atelier,
vous pourriez avoir envie de le contacter pour dégotter à votre tour quelques trésors,
sa presse platine et son massicot de compétition sont à vendre,
il lui reste pas mal de  caractères, et tout un tas d'histoires du métier à raconter.
Brocanteurs, passez votre chemin,
son matériel
a encore soif d'encre et de pression,
et doit continuer à servir les mots, ce pour quoi ils ont étés créés.

bureau

Au fond, une presse à cylindre Heidelberg, pour l'offset.

meuble03
Il lui reste quelques casses...

meuble01

Oubliez la presse à épreuve, hein, c'est principalement elle que j'étais venu
chercher... Par contre, je n'ai pas embarqué le gothique, ni le Bodoni italique de 12...

meuble02

massicot

Le massicot de compétition, 75 cm d'ouverture, et tous les gadgets électroniques
incorporés; il est comme neuf, comme tout le reste de l'atelier.

meuble04

la platine au premier plan, si mon atelier était au rez-de-chaussé, croyez moi, je l'aurais
embarqué sans la moindre hésitation !

 

On peut donc joindre Jean-Paul Ciarlo au 04 93 73 83 18 ou jpciarlo@free.fr, mais pas le
week end, parce qu'il est à la chasse !

Posté par drawdraw à 20:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 novembre 2014

Tout va très bien, madame la Marquise...

Deuxième atelier au chateau de Grignan,
cette fois ci avec une classe de C.E 2.
Pour les détails, veuillez lire le post précédent ;

allez, c'est parti :

figure

figure02

cheminee-2-photo

cheminee02

portea

porte03

tapisserie

motif02

porteb

porte02

Posté par drawdraw à 22:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2014

Draw-Draw chez la marquise

Depuis peu, l'équipe pédagogique du château de Grignan propose aux classes
visitant les lieux de compléter l'action des médiateurs culturels par un atelier
d'art plastique, animé cette année par qui vous savez.
Pour les petites sections, à partir du C.P., le but est d'initier les enfants aux
rudiments de l'art architectural, en commençant par les bases : les portes,
les fenêtres, les pilastres et autres colonnes, balcons, lignes directrices
et arcs de cercles, aussi bien intérieurs qu'extérieurs.

Une fois la visite guidée effectuée, on passe donc à l'atelier de lasagnographie.

Les enfants piochent au hasard une photo, représentant un élément architectural
pour ensuite réaliser une gravure à partir de cette image. Pendant qu'une moitié de
la classe grave, l'autre remonte le parcours de la visite, cette fois ci photo en main,
en une sorte de "chasse au trésor", pour retrouver où leur photo a été prise ; au bout
d'une heure environ, on tourne.

Les photos que je propose sont assez complexes, mais comme d'habitude, les enfants
n'ont peur de rien, et très vite, ils choisissent les lignes qui les intéressent, simplifiant
avec une efficacité qu'on peut leur envier les images proposées.

Quelques exemples en images

balcon02-photo

balcon02--enfant

balcon01-photo

balcon01--enfant

porte01--photo

porte01-enfant

 

 

colonne01photo

 

colonne01enfant

 

 

colonnes03-photo

colonnes03--enfant

lit-photo

lit-enfant

 

les photos des gravures ont été prises avec mon téléphone portab'
ce qui explique leur navrante définition.
La semaine prochaine, je serais mieux équipé...

03 novembre 2014

Un tour chez les verts

Le professeur Draw-Draw et sa Draw-Draw mobile
étaient à St-Etienne pour franchir de nouveau le
mur du son typographique, et ce à l'occasion d'une
très jolie petite exposition organisée à la Rotonde,
l'ancien centre de calcul de l'école des Mines, désormais
dédié à la vulgarisation scientifique. Il s'agissait ici
d'aborder le livre par ce biais, papier,
encres, procédés d'impressions et livres numériques,
3d, réalitée augmentée...
Bravo à toute cette belle équipe.
Un résumé en images :

ext

la rotonde, prête au décollage

rotonde

caracteres

mur01

equipe

encre01

avant...

 

 

 

encre02

après

Posté par drawdraw à 22:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]