Draw - Draw

11 septembre 2014

si vous cherchez le Draw-Draw...

Et bien figurez-vous qu'il sera au MARCHE NOIR de Rennes,
en très très bonne compagnie, jugez en par vous même et
venez donc dire bonjour, amie bretonnes camarades bretons,
sortez vos chapeaux ronds et vos portes monnaie carrés et
youkaïdi - youkaïda !

AFFICHE-LeMarcheNoir-2014-RennesMoyenne

http://www.lemarchenoir.org/infos

https://www.facebook.com/le.marche.noir.rennes

 

Posté par drawdraw à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 août 2014

Une plaine de pneus

plaine-de-pneus"Une plaine de pneus",

dessin mine graphique, 36 x 26 cm sur papier blanc 300 g.


Ce dessin sera présenté, ainsi que certaines de mes gravures récentes,
à l'occasion d'une exposition organisée par l'association "la Taille & le Crayon"
à la fondation Taylor en octobre 2014,
on en reparlera...

Posté par drawdraw à 16:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2014

Soyez bons pour les lingots

J'ai eu le droit à un regard étrange de la part d'une vieille rombière,
l'autre jour au supermarché du coin. Je suis arrivé à la caisse avec
mon paquet de rouleaux de PQ... noirs. J'y suis pour rien, moi, si une
entreprise a sorti ce genre de produit en pensant que ça marcherait...
La bonne femme m'a donc observé des pieds à la tête, au point que je
me suis senti obligé de me justifier :
-"Non, mais, c'est pas pour... c'est pour que j'imprime dessus en fait..."
J'ai bien cru qu'elle allait appeler la gendarmerie.

Dans les années 50/60, la maison Lorilleux, spécialiste des encres d'imprimerie,
éditait de petits fascicules, moitiés publicité, moitié manuel technique.

pub lorilleux et cie

On pouvait
y lire tout un tas de conseils quant à la préparation des couleurs, leurs mélanges,
ainsi que des slogans en bas de chaque page, comme des résumés. Ce sont
ces phrases que je me suis amusé à reproduire sur papier toilette noir, après y avoir
posé une couche d'encre argentée. Sorties de leur contexte, ces phrases sont parfois
incompréhensibles, parfois équivoques, mais toujours avisées pour peu que l'on comprenne
de quoi elles parlent.

Ces pourquoi ce volume représente le 4ème tome de la collection "Avant d'Oublier", le premier
étant "10 mots de l'argot des typos",
le 2ème "Personne n'est mieux qualifié que Georges Valette"
et le 3ème "Pangrammes".

 

couv

tranche

dos

pheniciens

defaut

inondez-pas

encre

creusez-pas

receveurs

soyez-bons

habillez

graissez

mise

colophon-rose

"Soyez bons pour les lingots"
impression typographique sur papier toilette noir
format 13 cm x 12 cm, sous couverture papier blanc 350 g.
30 exemplaires numérotés & signés, 15 euros + frais de port.

06 août 2014

Moins de Cui-cui, plus de Bla-bla

Le professeur Draw-Draw est heureux
de vous présenter sa
nouvelle collection d'été de
cartes postales typographiques.

A vos plumes !

ecrivez

 

2-raisons

 

1968

 

arc

 

barricades

 

oubli

 

feu

 

 

idee

 

 

irrefutables

 

 

 

 

nos-idee

 

sms

 

 

peinture

 

 

 

 

plus-dormir

 

 

poete

 

vide-ordures

tous

ravachol

 

cartes postales composées & imprimées à l'atelier du Quai de Pont-de-Barret
par Quentin Préaud en ce bel (hum) été 2014.
La carte postale est au prix ahurissant de 2 euros,
si vous en prenez 5, un prix spécial de 10 euros vous sera accordé (hum hum).
Les frais de ports sont en sus, eeeeeet voui.Contactez l'auteur pour plus de renseignements.

 

Posté par drawdraw à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 juillet 2014

Les bruits du ciel (de Pont-de-Barret)

Il est plaisant de se rendre compte qu'on n'est pas toujours le plus cinglé de la bande.
L'idée d'une carte sonore trottait depuis longtemps dans la tête de mon ami Nicolas Gasco
(l'autre hémisphère du cerveau à l'origine des bêtises de Namur), au point qu'il se baladait,
tôt le matin, carte et carnet en main, à l'écoute de tous les descendant de dinosaures,
aujourd'hui réduits à des tailles acceptables et nichant, ici où là, dans la nature que
l'homme a jugé utile d'épargner.

A l'occasion du premier festival sonore de Pont-de-Barret, le PLI (11, 12 & 13 juillet dernier),
une équipe de spécialistes s'est alors formée pour réaliser un objet poétique et pliable.
Nicolas Gasco a donc réalisé les relevés sonores, David Génin en a assuré la mise en image
et le professeur Draw-Draw en a réalisé la couverture typographique.
Voici donc "Les Bruits du ciel (de Pont-de-Barret)", premier volume de la nouvelle collection
des éditions Draw-Draw : les "Cartes-sons".

Quant aux esprits chagrins qui font remarquer que pour une carte son, elle n'émet aucun bruit,
que vraiment, on aurait mieux fait de réfléchir à une application pour tablette (on est en 2014, quoi !),
hé bien qu'ils aillent donc se balader, carte en main et oreilles ouvertes, et ils finiront bien par
entendre quelque chose...

couv-ferme

couv-verso-ferme

couv-ouverte

couv-int

titre-int

ouvert

bas-carte

gros-plan-bas-large

gros-plan-haut

"Les bruits du ciel de Pont-de-Barret", format plié sous couverture : 25,5 x 12 cm, format déplié en poster : 70 x 100 cm,
papier matt 135 g. Il existe 200 exemplaires sous couverture typographique et 200 exemplaires simplement roulés.

Posté par drawdraw à 11:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]



18 juin 2014

Absurditudes & Ineptions

Bien sur, j'aurais pu continuer seul.
L'idée même de trouver quelqu'un d'aussi brillant, intelligent, drôle
et modeste que moi me paraissait tout à fait impossible.
Mais tout de même,
songez que les éditions Draw-Draw existent depuis 2006,
et qu'elles n'ont jamais publié que du Quentin Préaud.
Il fallait bien que cela cesse un jour.

La première idée était surtout d'agrandir le tirage;
jusqu'ici, tout était réalisé à la main,
sur ma bonne vieille presse à épreuve,
ce qui paraissait  tout à fait justifié quand il s'agissait d'imprimer
des gravures en tirage limité,
mais qui devient un peu stupide lorsqu'il faut imprimer
des cartes de visite ou des dos de cartes postales.

La solution m'a été apportée sur une galée par mes amis du Yodok-Club,
Victoria, Pierre & Aimé, qui ont eu la gentillesse de m'accueillir dans leur atelier,
où j'ai pu conduire une Ofmi* Heidelberg, ce qui ne m'était pas arrivé depuis... 10 ans !
Ensuite, il a fallu trouver quelqu' un à éditer,
un auteur qui pouvait ressembler à du Draw-Draw,
tout en apportant sa touche personnelle.

Franck Sotelo, que je connais par des biais dont il serait fastidieux de donner ici le détail,
a bien voulu être cette personne.
Nous avons voulu un coffret de cartes postales,
à lui l'écriture, à moi la mise en page et le façonnage.
Nous avons tiré l'objet à 100 exemplaires,
et je ne saurais trop vos conseiller de vous dépêcher d'en acquérir un,
parce que ça part très très vite.

Le reste en image, les détails techniques à la fin du post.

 

rouleaux-verts-w

Il y a du vert dedans, mais pas que !

Yodok-club01-w

derrière les casses, l'Ofmi*

Yodok-club02-w

Yodok-club04-w

les premières compositions dans la galée

coffret-recto01-w

j'adore utiliser les bandeaux de coffret pour
rajouter un petit truc graphique en plus...

coffret-recto02-w

coffret-recto03-w

 

cascade-w

plouf...

castratw

hum...

quand-w

quand-02-w

snif !

celui-w

psssss...

jaime-w

Elle ?

fromage-w

pan dans les dents !

la-femme-w

haï !

mine-w

Eh voui

si-w

c'est sur

unevie-w

?

coffretverso-w

ensemble01-w

ensemble02-w

dos-cp-w

"Absurditudes & Ineptions"
10 pensées de Franck Sothelo
mises en coffret de 10 cartes postales typographiques
par Quentin Préaud

100 exemplaires numérotés & signés,
20 euros + frais de port.

 

*OFMI : Officine Française de Machine d'Impression.
C'est bizarrement le nom qu'on donne à ces presses
platines, communément connues dans les ateliers
sous le nom d'Ofmi Heidelberg, la
compagnie Heidelberg étant un célèbre fabriquant de presses

 

10 juin 2014

Un peu d'histoire

Ils sont nombreux, les historiens, à s'être demandé qui,
de la cocotte ou de la boulette de papier, est née en premier.

Encore une fois, les scientifiques des studios De Namur font
la différence et mettent tout le monde d'accord, en
présentant leur déjà incontournable "Véritable Boulette de Namur".

Un peu d'histoire, donc.
Le papier, inventé par les chinois 300 ans
avant notre ère, arrive en Europe grâce
aux invasions Maures vers la fin du XIème siècle.
L'engouement pour cette nouvelle matière est tel
que les habitants de Namur décident de construire
les nouveaux quartiers de leur ville en papier mâché,
ce qui sauve la population d'une terrible famine,
chacun étant mis à contribution pour mâcher suffisamment
de papier afin de bâtir une splendide citée, dont le point
culminant est l'admirable Boulétium. (voir photo)

bouletium-w

(image d'archive)


C'est au pied de cette merveille technologique que se vendait
la "véritable boulette de Namur", ce qui apporte la preuve
irréfutable que la boulette était là avant la cocotte et qui fait de ce texte liminaire
un exemple de construction littéraire
que beaucoup seraient avisés de suivre.

Malheureusement, la ville en papier de Namur ainsi que son
Boulétium disparurent durant la grande pluie du 14 novembre 1226.

En 1954, (année importante, puisque le lecteur concentré se souvient
que c'est l'année où le Lasagnographe fut présenté au monde ébahi)
les bruxellois eurent droit à un Atomium, très largement inspiré du
mythique Boulétium, la légèreté en moins.

C'est donc en hommage à cette belle page de l'histoire de l'origami belge
que les chercheurs de Namur vous présentent leur véritable boulette.

recto

verso

recto-gros-plan

dos-boulette-colophon

 

boulette-finale

NB: Les chercheurs De Namur sont traditionellement
les professeurs Draw-Draw & Gasco.
Cependant, le défi technique était ici
si important qu'il a fallu le renfort des
professeurs Boulanger, Bouchacourt & Teezer.
Sans eux, il aurait encore fallut attendre longtemps
avant de découvrir la vérité historique...

Posté par drawdraw à 22:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 mai 2014

Près de St Pierre

Au début, ça devait être "La Reine des Buttes", c'est devenu "Près de St Pierre".
Certains diront que Draw-Draw a bien changé, je dis qu'un mauvais jeu de mot
en vaut bien un autre.

Il s'agit de nouveau d'une gravure à planche perdue, mais contrairement à mon habitude,
Je suis parti de la couleur la plus foncée pour aller au blanc, et ça m'a bien plu...

rouge01

Donc pour commencer, un bon aplat de rouge,
puisque sur le rouge, rien ne bouge.
Ensuite, voici la plaque re-gravée et prête
à recevoir la deuxième couleur, la plus foncée
en réalité, un marron, chocolat

 

plaquemaron02

tiragemaron02

Donc ci-dessus, la superposition rouge/marron,
et ci-dessous, la plaque gravée pour recevoir
la troisième couleur, un jaune

plaquejaune03

tiragejaune03

Par dessus ces trois couleurs vient se poser un blanc.
La grande différence d'avec mes gravures précédentes est là :
d'habitude, mon blanc est celui du papier que je laisse en réserve
dès le premier passage ; ici, il est renforcé par les couleurs qu'il couvre,
ce qui donne un résultat plus chaud.

tirageblanc04

 

Et pour finir, un bleu, qui est donc une couleur plus foncé,
mais je ne pouvais pas la poser avant le blanc
parce que je ne voulais pas qu'il y ait du bleu ailleurs
que dans le ciel et sur les verres des fenêtres.

pres-de-saint-pierre

"Près de St-Pierre"

linoléum "à planche perdue"
5 passages couleur,
format image 31 x 41 cm
20 exemplaires numérotés/signés
qu'on peut trouver dans la très bonne maison
Galerie l'Echiquier
200 zeuros

10 mai 2014

Actualités

J'ai le grand honneur d'inviter mon amie
Céline Thoué
à exposer en ma compagnie au Quai de Pont-de-Barret,
à l'occasion de la deuxième Fête de l'Estampe du 26 mai 2014,
journée organisée par l'association Manifestampe.

L'exposition présentera des bois gravés de Céline et mes linogravures les plus récentes,
et ce du samedi 24 à 13 h au lundi 26 à 19 h,
ça va être court mais bon.
Le vernissage se tiendra le samedi à partir de 16 h, 17 h, quelque part par là.
Pour accompagner l'exposition,
le dimanche à 16h se tiendra une projection du court-métrage"Albrecht Dürer, Le chevalier, la mort & le diable",
un film de Bertrand Renaudineau et Gérard Emmanuel da Silva,
dans la collection "Impressions Fortes" des éditions Gallix.

Tout ça promet d'être bel et bon, ça tombe bien,
vous ne saviez pas quoi faire ce week end !

celine-quentin-w

pavetextCQ-w

pave-texte-celine-quentin-w

02 avril 2014

Pub

Pour email

Hé bien laissez moi vous dire que ça va être joli.
Pour avoir un aperçu du travail assez incroyable de mes deux camarades de jeu
(que je n'ai pas encore eu le plaisir de rencontrer "pour de vrai"), voici quelques liens :

http://www.pauleenk.com/

http://www.velly.org/Mathieux_Marie.html

Quand à la galerie de l'échiquier, vous pouvez retrouver
sa page Facebook dans la colonne des liens juste ici, à droite,
en attendant que leur site internet soit construit.

Au delà du fait que c'est toujours une bonne idée
de venir me dire bonjour et de m'acheter une gravure,
vous ferez un geste utile en venant soutenir le formidable travail de galeristes passionnés d'estampes,
n'hésitant pas à ouvrir leurs portes à de jeunes créateurs de mon espèce,
ce qui est suffisament rare pour être souligné.

A bientôt donc...

Posté par drawdraw à 22:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 mars 2014

Le retour du vieux dégueulasse

A VINGT ANS, j'avais de l'ambition et une idée assez précise de ce que je voulais faire quand je serais plus grand : écrivain alcoolique.
Nous étions un petit groupe à partager les mêmes influences littéraires, et nous nous réunissions parfois, souvent, pour imiter nos maîtres. J'avais récupéré une vieille machine à écrire sur laquelle je m'échinais à taper, lettre après lettre, verre après verre, les premiers chapitres de polars qui s'annonçaient
toujours fulgurants. Pourtant, malgré tous mes efforts, je n'arrivais tout simplement pas à écrire une fois ivre. Mon cerveau imbibé battait la campagne, je finissais affalé dans le canapé délabré, et le matin me trouvait devant une feuille blanche et un cachet d'aspirine. Je me replongeais alors dans mes livres de chevet pour tenter de comprendre où se cachait la magie que jamais je n'atteignais.

Parmi nos modèles, ce vieux dégueulasse de Bukowski était le champion toutes catégories. Nous admirions son style et sa descente, sa rage, son insoumission et ses putes. En réalité, je crois bien que c'est ça qui nous fascinait le plus : comment ce vieux débris faisait-il pour se lever toutes ces gonzesses, alors que nous autres, jeunes et fringuants, nous retrouvions la plupart du temps tricards ?

Aujourd'hui, bien sur, j'ai pris de la bouteille, et j'ai renoncé, tranquillement, à mon destin d'écrivain, en même temps que je m'ouvrais à d'autres lectures... et aux filles.

Quant à ma carrière d'alcoolique, elle est en bonne voie, je vous remercie.

 

pochette-recto

pochette-verso

sousbock01

sousbock02

sousbock03

sousbock04

Buk01

Buk02

Buk03

Buk04

 

"4 choses bues, 4 portraits de Charles Bukowski",
gravures à la pointe sèche imprimées sur presse lasagnographique,
textes composés au plomb mobile (Bizerte corps 20) et
imprimés sur presse à épreuve.
20 exemplaires numérotés/signés
20 euros.

Et comme il n'y a pas de hasard, on poura trouver dans les bonnes librairies
"le retour du vieux dégueulasse" de Charles Bukowski, édition Grasset,
352 P. 20,90 euros.

 

Posté par drawdraw à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 février 2014

On dirait le nord

plus-ou-moins-Douai

Posté par drawdraw à 21:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 février 2014

Du sens de l'orientation

"La formule pour renverser le monde,
nous ne l'avons pas cherchée dans les livres,
mais en errant.
C'était une dérive à grande journées,
où rien ne ressemblait à la veille;
et qui ne s'arrêtait jamais."

 

Bien avant de lire ces mots de Guy Debord,
je me perdais déjà.


Etais-je à la recherche d'une formule, je ne saurais le dire,
mais l'absence totale de sens de l'orientation
m'avait déjà permis de découvrir le monde qui m'entourait
d'une façon très peu orthodoxe.

En grandissant, bien loin d'essayer de corriger ce défaut,
je me suis appliqué à le laisser m'envahir,
si bien qu'il m'est impossible d'aborder le moindre
morceau de territoire sans m'y perdre, et loin de la logique des cartes,
je traverse les géographies alléatoirement.
M'indique-t'on qu'il faut tourner à droite, je veux voir
s'il n'y a pas un raccourci à gauche.


J'ai désormais pris l'habitude d'avoir toujours
sur moi un vieux plan de Paris, daté de 1984.

Lorsque je doit visiter une ville, n'importe laquelle,
je sors mon plan, et je tente de rejoindre Belleville...

 

Voici une nouvelle linogravure intitulée
"Y'avait une ville..."

4 passages couleurs, sur la même plaque
regravée jusqu'à la fin, le premier passage est un gris clair
dont voici la matrice :

plaquegrisclair

detail

ici un détail des pavés

grisfonce

ci-dessus le résultat imprimé du gris clair et du gris foncé, étape pour laquelle je n'ai pas pu prendre de photo...

plaquebleuclair

Voici la plaque au moment du troisième passage, le bleu clair; vous noterez que j'évite d'encrer toute la plaque
pour éviter au maximum des problèmes de mauvais repérages.

bleuclair

L'impression du bleu clair. Ci dessous ce qui reste de la plaque pour le dernier passage, bleu foncé :

plaquebleufonce

yavaituneville-final

Et le résultat final :
"Y'avait une ville..."
linoléum "à planche perdue"
4 passages couleurs
format image : 36 X 26 cm
sur papier Cyclus recyclé 350 g (41 X31 cm)

20 exemplaires numérotés/signés,
200 euros

15 février 2014

Le retour du Mercure

Un peu de taille douce, ça fait pas de mal...

mercure-taille-douce

"Mercure"

pointe sèche sur rhénalon,
format de l'image : 40 x 30 cm
10 exemplaires numérotés/signés

Posté par drawdraw à 18:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 février 2014

Typo Bang ! Bang !

Félicitation à l'école de Malataverne (26780)
qui a franchi avec succès
LE MUR DU SON TYPOGRAPHIQUE.
La preuve en images :

pioche01

On rappelle le principe : chaque participant imagine un "son",
et choisit les caractères dont il a besoin
pour le composer et lui donner une forme graphique;

pioche02 

 

Il y a de tout dans les casses de Draw-Draw,
du petit O et du grand Z.
Attention, en bas de casse,
le p du typographe ressemble à son q, et inversement...

pioche01

Une fois qu'on a trouvé son bonheur,
on vient poser les caractères sur la presse
pour donner forme au mot...

presseetpioche01

presse04

presse02

Et puis hop ! Roule, ma poule !

presse03

Tadaaaaam (roulements de tambours)

presse01

 

son-zip

son-aaah

son-dababoom

son-plouf

son-whaou

son01

03 février 2014

Un jeu d'enfants

En 1952, l'imprimeur suédois Lärs Agnh invente une petite presse à taille douce
de voyage, légère et facilement transportable.
Son invention obtient un tel succès qu'il est envoyé comme
représentant de la Suède à l'exposition universelle de 1956 à Bruxelles.

C'est là que se jouera son destin, puisqu'il y rencontre Milena Bruitoni,
qui gère le pavillon italien. Les deux jeunes gens tombent éperdument amoureux.
Milena, pour adoucir la rencontre avec ses parents et notamment son paternel peu partageur,
utilise le "Lärs Aghn-o'graph" à l'insu de son inventeur pour préparer... des pâtes.


Succès énorme de la recette, Lärs obtient la main de la belle Milena
en échange du brevet de sa machine,
cédé à son nouveau beau père qui inonde immédiatement le marché
avec sa nouvelle machine à faire les "lasagnes" (Lärs Aghn italianisé).
Ce fut le succès que l'on sait et qui éclipsa totalement le pauvre Lärs
dont personne n'entendit plus jamais parler, et dont,
à notre connaissance, il n'existe aucune photo...

Le professeur Draw-Draw fait donc oeuvre de mémoire
en remettant au goût du jour ce formidable appareil
et en proposant aux enfants présent au salon du livre de Saint-Paul-3-Châteaux
un atelier de lasagnographie.

Le thème de ce 30ème salon étant la trace, le jeu proposé
aux participants était de graver leur autoportrait en 2014,
puis de l'enfermer dans une enveloppe tamponnée "ne pas ouvrir avant 2024",
histoire de se laisser une trace à soi-même.

Le résultat en images, qui se passent de commentaires.

 

lasagno03

lasagno02

lasagno01

lasagno10

lasagno04

 

lasagno06

lasagno07

lasagno08

lasagno15

lasagno11

lasagno12

lasagno13

lasagno14

lasagno20

lasagno16

lasagno17

lasagno18

lasagno19

lasagno25

lasagno21

lasagno22

lasagno23

lasagno24

lasagno30

lasagno26

lasagno27

lasagno28

lasagno29

lasagno09

lasagno35

lasagno31

lasagno32

lasagno33

lasagno34

lasagno36

27 janvier 2014

La lumière de la ville

Je n'ai aucun sens de l'orientation. Ce pourrait être un défaut gênant, si je n'avais ce goût
pour la flânerie, la dérive urbaine, la marche et les quartiers insolites. Je pars d'un point A,
je sais à peu près où se trouve le point B vers lequel je suis sensé me diriger, j'imagine assez
facilement la ligne droite qui joint ces deux points mais j'ai beau faire, je n'y arrive pas, il me
faut immanquablement prendre la première à droite qui me perdra et me fera faire un détour,
certes intéressant, mais quand même un peu long. Bon, si ça peut rassurer ceux à qui j'ai fixé
rendez-vous, je pars toujours deux heures en avance,
et j'arrive généralement avant les gens en retard...

Ce long chapeau d'introduction uniquement pour vous présenter ma dernière gravure,
un bel immeuble qui s'est présenté sur mon chemin de traverse.
Il s'agit une fois encore d'une linogravure "à planche perdue", et donc,
une seule plaque gravée pour effectuer les 6 passages couleurs.
En voici quelques détails :

plaque01

ci-dessus la plaque dans son premier état, quasiment entièrement encrée d'un jaune
très clair, les zones évidées laissant apparaître le blanc du papier. Je ne peux
pas vous montrer le résultat imprimé, mon appareil photo n'a pas voulu.

plaque02

Ici, le deuxième état de la plaque, qui laissera transparaître le blanc du papier
et le jaune précédent.

impression3

plaque03bis

ci dessus troisième état, la différence avec l'état précédent
réside essentiellement dans les balcons de côté.
Sur cet état, j'ai aussi effectué un passage de gris en encrant uniquement
le bas de la plaque (le trottoir) et l'immeuble du fond ; je ne voulais pas
passer du gris sur l'ensemble de la plaque par peur d'une mauvaise
superposition qui aurait rendu floue l'image.

impression4

plaque03
 Notez que le ciel est encré en foncé.
J'avais le choix entre passer le bleu du ciel d'abord et de finir avec le foncé ou
l'inverse, j'ai choisi cette deuxième solution encore une fois par peur d'un
mauvais repérage, et parce que je voulais éviter qu'il y ait du bleu sur l'immeuble.

impression5

plaque4

Et voilà, il ne reste presque plus rien sur la plaque.
Bien sur, j'aurais pu encore pousser le vice, et
rajouter tout un tas de passages suplémentaires
pour rendre le ciel un peu plus complexe,
jusqu'à ne vraiment plus laisser aucune matière.

impression6

lamelight-final

"La lumière de la ville"
linoléum à planche perdue,
format image : 36 x 26 cm sur feuille 41 x 31 cm
imprimée sur papier Cyclus recyclé 250 g.
20 exemplaires numérotés & signés

200 euros

Posté par drawdraw à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 janvier 2014

Viendez rencontrer le professeur

Vous avez toujours rêvé de rencontrer
le professeur Draw-Draw sans jamais
avoir osé faire le premier pas ?

Vous bavez d'envie de vous essayer
à la lasagnographie ?

Réjouissez vous, sonnez trompettes de la renomée,le professeur aura la joie d'être présent
au salon du livre jeunesse de Saint-Paul-Trois-Châteaux
du 29 janvier au 02 février.

slj


D'abord pour faire tourner son lasagnographe,
mais aussi pour présenter son travail le vendredi 31 janvier à 17h :

"Espace débats, Salon
Rencontre avec Quentin Préaud et Jérémie Fischer
L’un est typographe et graveur, l’autre auteur, illustrateur et
sérigraphe. Tous deux usent d’une inventivité et d’une créativité sans
cesse renouvelées pour transmettre aux plus jeunes leurs passions
respectives."

Qu'on se le dise, qu'on se le dise !

Tout le magnifique programme du salon ici :http://www.slj26.fr/mon camarade de débat, Jérémie Fisher :http://jeremiefischer.com/ (allez voir, c'est terrible)

16 janvier 2014

La réponse est 42

LORSQU'UNE race hyper évoluée et hyper intelligente du fin fond de la galaxie voulue
connaître la réponse à propos de la vie, de l'univers et de tout le reste, elle envoya
des émissaires consulter l'hyper ordinateur "Pensée Profonde" à ce sujet. Il fallut7,5 million d'année à la machine pour arriver à cette réponse : 42.*
Le fait que ce chiffre apparaisse sur l'un des panneaux indicateurs de la zone commerciale
du Pontet, banlieue d'Avignon, n'est certainement pas le fait du hasard, non monsieur !
Il y a des signes qu'il faut savoir reconnaître, c'est tout.

Voici donc la linogravure "La réponse est 42" expliquée en suivant le détail de ses 5 passages
couleurs, tous gravés au fur et à mesure sur la même plaque. Que le petit malin qui vient de
dire que j'aurais pu faire 42 passages sorte de la salle, merci...

 

Voici le premier passage en bleu,

bleu

auquel vient se superposer ce passage jaune

jaune

 

ce qui nous donne ce premier état correspondant à bleu + jaune :

42a

ensuite viennent s'ajouter 2 passages de vert, l'un clair, l'autre foncé :

vertclair

 

42b

vertfonce

42c

 

et donc : bleu+jaune+vert clair+vert foncé, ce qui donne en réalité 3 verts dans le feuillage, puisque le passage jaune sur le bleu
a déjà donné une espèce de vert

 

le dernier passage sera un passage gris pour séparé le premier plan de l'arrière plan :

gris

42final

 

"La réponse est 42", linoléum "à planche perdue",
format de l'image : 36 x 26 cm, 20 exemplaires numérotés & signés,
200 euros

 

*Cette histoire a été bien retranscrite par un terrien d'origine anglaise,
Douglas Adams, dans sa trilogie littéraire en 5 volumes
"Le guide du voyageur galactique" qu'on trouve dans toutes
les librairies, sur terre et au-delà.

 

05 janvier 2014

Typo Pan Pan

Enfant, ma chère mère refusait de m'acheter un pistolet en plastique,
sous pretexte que ça risquait de me donner le goût de la violence, alors que
déjà, tous les garçons de mon âge se courraient après, armes plastoques à la main,
pirates, corsaires, bandits, policiers et cow-boys pullulant dans mon entourage.
Or, un jour qu'elle épluchait les légumes et que je lui tenais compagnie dans la cuisine,
je me saisis d'une carotte et la pointais vers elle en m'écriant :-"Pan! Pan!"


Le lendemain, j'avais mon flingue, comme tout le monde.

 

Ça n'a sans doute aucun rapport avec ce qui va suivre, mais sait-on jamais ?
Le troisième volume de la collection "Avant d'oublier", dédiée à la mémoire des
ouvriers typographes, s'intitule sobrement "Pangrammes".
Un pangramme, les enfants, c'est une phrase qui contient toutes les lettres de l'alphabet,
ce qui est bien pratique pour un typographe qui veut choisir une police de caractère,
puisqu'il en a un apperçu rapide et immédiat.
Là-dessus évidemment, Georges Perec et ses copains Oulipiens s'en sont donnés à coeur
joie pour trouver des formules de plus en plus tarabiscotées.

J'ai sélectionné 10 phrases, parmi celles que je trouvais à peu près intelligibles, parce que ça
peut très vite tourner au n'importe quoi...

panpan

Tiens tiens...

pangrammes

pangrammes2

pangrammes-ouvert

pangrammes-eclate

mixezfinal

bachez

douze

job

zig

modifia

portez

squaw

voyez

fritz

 

c'est d'un goût très sur, c'est extrèmement bath,
c'est aussi rarissime puisqu'il n'en existe que 20 exemplaires numérotés & signés,
et c'est d'un prix dérisoire, puisque ça ne vaut que 20 euros, en ce moment,
avant le coup de feu,
un peu plus avec les frais de ports...

 

Posté par drawdraw à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,



Fin »