Draw - Draw

29 avril 2019

Chronique du Ping - 2

Et puis on avait ce "problème Oliviers."

olivier1


Parce qu'il y a un Olivier dans les deux équipes,
c'est compliqué pour tout le monde d'encourager
le "bon" Olivier.

olivier2

Heureusement, sa chérie, une des trois joueuses de banc de touche, se lève et crie :

olivier3

Après une seconde d'hésitation et un petit rire mal à l'aise, ils se regardent tous,
et  le club de Pujaut se lève comme un seul joueur pour crier :

olivier4

C'était trop mignon. Moi aussi, j'avais envie de dire "vas-y Doudou"
à ce monsieur.

Mais en fait il a perdu.

Posté par drawdraw à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Chronique du Ping - 1

On joue en déplacement dans le petit club de Pujaut. Une salle des fêtes
sur la place du village. Un sol en carrelage donne à la balle une vitesse
à laquelle nous ne sommes pas habitués, nous qui jouons sur
un revétement plus  souple de gymnase.

Dans l'équipe d'en face, il y a Hervé, Christophe, Olivier et Michel. 

Michel. Plus les parties avancent, plus il est tendu, plus il hurle. Beaucoup
de pongistes parlent tout seul, moi le premier. "Vas-y !" "Yes !" "Tchoo !"
quand on est content. Quand on râle, ça peut aller assez loin. Michel, il hurle.

michel1

Ses coéquipiers et ses adversaires sont plus ou moins habitués, et même si c'est franchement
casse-couille, ça prouve tellement qu'il est tendu qu'on le laisse s'énerver un maximum, en
espérant balancer une balle bien vicieuse qui te frôlera tout juste le bord de table, ou qui,
freinée par le filet, viendra s'écraser sur la table là où on ne pouvait l'attendre. Histoire de
l'énerver encore un peu plus. Je crois qu'on rêve tous de le voir fracasser sa raquette sur la table.
Mais là, il joue à domicile, et dans l'équipe d'en dessous, il ya toutes ces dames, on est dans un
club familial.

michel2

 

Alors, grondé par ses mamans, Michel grommelle d'un air navré :

michel4

Posté par drawdraw à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 février 2019

En dessous de tout

"Une petite voix"

Si vous l'aviez entendue pour de vrai, on ne vous aurait plus revu.
La petite voix que susurre cette antique bergerie est douce et chaude.
On peut lui faire confiance, dit-elle. "Viens, entre te reposer" ou "Il fait
chaud à l'intérieur" dit-elle. Mais on n'a plus de nouvelles de ceux qui
s'y sont laisé charmer. Sirène des plaines, cette entrée là semble bien
sans retour.

lino1

orange1

 

lino2

orange-rose

lino3

orange-rose-rouge

petite-voix-final

une-petite-voix-final

 

Je cherche des solutions de mise en page et d'équilibre entre
texte & image. L'une d'elles me paraît être d'éloigner le plus
possible les deux éléments, et de travailler sur un grand format.
Ici, la feuille fait 70 x 50 cm, et je suis obligé de plier la feuille
en 2 avant de la passer sous presse, et j'ai donc choisi un grammage
plus léger qu'à mon habitude, du 180 g. La police utilisée pour le pavé
de texte est toujours mon Ramses (corps 14 - 1/2 gras).

J'ai l'intention de proposer au moins une expo présentant
toutes ces petites histoires, j'espère qu'il y en aura 20, et
peut-être une édition à cette occasion.
Le titre "En dessous de tout" englobe donc cet ensemble d'historiettes
dédiées aux mystères à portée de main...

 

"La petite voix", linogravure 4 couleurs, 15 exemplaires numérotés/signés,
format image : 40 x 30 cm, format papier : 70 x 50 cm.
Janvier 2019.

 

 

Posté par drawdraw à 19:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 décembre 2018

Dread-locks of fire

Vers la fin des années 70, les éditions Tchou sortaient
tout un tas de guides touristico-mystiques, le guide de
la France Mystérieuse, de la Bretagne mystérieuse, de la
Provence mystérieuse etc. C'est d'ailleurs amusant d'y lire
les noms de personnes qu'on retrouvera dans des littératures
très différentes, plus tard. Ces lectures, plus un amour sincère
et profond pour la littérature de genre, les contes et légendes & co,
m'ont donnés envie d'écrire une espèce d'histoire secrète de nos sous-sols.


Voici donc la 3ème estampe de cette série. Je voudrais en réaliser
une 20aine, avec l'idée éventuelle de composer une édition les re-
groupant toutes. On verra si l'inspiration suit.

Le mode opératoire est le même que pour les 2 premières, je dessine
directement sur la plaque de lino, j'imprime d'abord la plaque de trait
et j'utlilise un tirage comme un pochoir pour pouvoir placer les motifs
colorés simplement découpés dans un lino-qui-pue-les-pieds (voir post
précédent). Je me soucie moins du calage, je cherche quelque chose de
plus brut que ce que j'ai pu montrer dans mes travaux précédents.

A vous de juger, vos commentaires sont évidemment les bienvenus...

dessin

La plaque de lino (du Marmoléum gris de chez Mondial Moquette)
sur laquelle je dessine directement au feutre Posca,
qui est un des seuls trucs qui sèche très vite sur la plaque.
Il en existe maintenant en version pinceau.
Je précise que ceci n'est pas un placement de produit
(mais si Posca veut me filer des feutres, je prends :)

1vert

J'ai découpé la première épreuve pour découper les autres plaques, à usage unique,
mais elles ont déjà été tellement piétinées qu'on peut difficilement dire que c'est gâché...

 

2vert-rouge

Se pose toujours le problème de savoir jusqu'où aller.
Moi je me sens assez incapable de justifier un travail abstrait.
D'un autre côté, je pourrais presque en rester là ou à l'état suivant...

3vertjaunerouge

presse-gris

Voilà à quoi ressemble ma presse pour le passage gris qui va suivre :

4vertjaunerougegris

5trait

dread-locks-final

Et voilà, avec le passage typo, composition au plomb manuelle, en Ramses de corps 14 maigre.

txt-detail01

txt-detail02

 

"Dread-locks on fire", linogravure en 5 passages couleurs + 1 passage typo, papier Fabriano blanc format 42 x 32 cm.
Il existe 10 exemplaires numérotés/signés de cette édition.

21 novembre 2018

Entrée 26

Une deuxième linogravure sur
le même principe que "la porte":


je me pose sur le bord de la route, et je dessine directement
sur la plaque de lino avec un feutre, tandis que les voitures passent
et que les conducteurs dans leurs habitacles se demandent bien
ce que je peux avoir à dessiner ; quand-même pas ce vieux
bâtiment même pas en pierres sèches, tout moche là-bas ?!
Ben si.

Ensuite, pour les couleurs (4 cette fois-ci, très raisonnable),
je grave et j'imprime la plaque de trait, puis je fabrique une espèce
de pochoir-puzzle pour les différents calages. Dernier passage, le
texte, composé en Ramsès de corps 12. La lettrine, ami(e)s puristes,
c'est de l'Univers 73, ou 78, je sais plus. Enfin, je sais que les nombres
pairs sont romains et les impairs italiques. Ou inversement. Bref.

Ça s'intitule "Entrée 26", il en existe 10 exemplaires numérotés/signés
sur papier Fabriano 250 g. crème.

entree-trait

entree-1

1 - gris

entree-2

2 - gris + vert clair

entree-3

3 - gris + vert clair + vert foncé

entree-final

Le trait par dessu en ocre foncé, puis le texte en noir, et voilà.

 

plomb-entree

La compo, justifiée sur 45 cicéros.

plan-typo

ci-dessus le plan de la composition.

puzzle

Le tirage-puzzle, ça va qu'il n'y a que 3 ou 4 passages, parce que ça
devient vite de la dentelle.

vue-de-presse

sur la presse...

Et voici le texte :

C'est du côté de St. G. que vous trouvez l'entrée 26. Une fois à l'intérieur
du bâtiment volontairement quelconque, on accède à un long escalier
tournant. Il faut se munir d'une lampe torche, les veilleuses ont depuis
des lustres rendues l'âme. Au bout du couloir un ascenceur. Tapez "42"
sur le clavier aux touches tobleronées et les portes s'ouvrent sur une
étroite cabine. Prévoyez un casse-croûte, la descente est longue jusqu'à
la salle d'observation. Prenez place face à la large console de contrôle et
avant d'activer la levée du rideau mécanique, n'oubliez pas de chausser
les lunettes occultantes. Vous pouvez maintenant admirer le noyau de
notre planète. Il fut étroitement surveillé à l'époque où l'on pensait que
le premier camp capable de prévoir l'inversion des pôles magnétiques
gagnerait définitivement la partie."

Posté par drawdraw à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


12 novembre 2018

Ultra-Végans ?

Un jour, il y a de ça peut-être un an, mon camarade Bertrand B. et moi-même
nous retrouvons devant l'école communale d'un village Drômois, pour y faire
une partie d'Ouscrapo. Et là, ô surprise, un énorme tas de linoléum fraîchement
décollé du sol de l'école nous attendait. Pas du très bon lino, un peu fin pour la
gravure, un peu usé par les milliers de pieds l'ayant foulé, mais : gratuit.
Je profite donc de ce stock miraculeux pour tenter des choses à moindre frais.


Détail touchant pour moi qui passe du temps le nez penché sur ma plaque à
graver : j'y sens encore une légère odeur de pieds, mais du petit peton de minot,
pas du gros panard de gymnaste. Alors ça va.

Deuxième chose, j'ai enfin trouvé un feutre pinceau avec lequel je peux dessiner
directement sur ma plaque, ce qui m'évite le fastidieux détour par le calque, et qui
rend à mon trait sa spontanéité, qules qu'en soient les défauts par ailleurs
et  même si la gouge en change légèrement l'aspect.


Autre changement que j'espère faire durer dans le temps,
l'ajout de textes à mes images. Je ne sais pas si se sont mes vieux penchants pour la BD
qui me rattrapent, s'il s'agit simplement pour moi d'écrire, du texte court de préférence,
ou si c'est le plaisir de faire un passage par la composition typographique.
Ce qui est sûr c'est que, comme certaines des choses que je croise me demandent
d'être dessinées, d'autres me racontent des histoires, et je ne vois pas
de bonne raison de ne pas les partager.
Voici donc "La porte", une linogravure en 6 passages couleurs,
dont un pour le texte, composé à la main en Ramsès de corps 14.
Le tout imprimé sur presse à épreuve manuelle.

Il existe 10 exemplaires de cette estampe, numérotées de 1 à 10,
et signées par votre humble serviteur.

La preuve en images, c'est partit :

vegan01

Contrairement à d'habitude, il ne s'agit pas de planche perdue. On est
plus proche du papier découpé, c'est l'avantage de ce lino fin, facile à
découper aux ciseaux.

vegan02

J'ai beaucoup pensé à Brecchia,
un de mes auteurs BD préféré, argentin, qui a beaucoup
illustré Borgès et Lovecraft, et qui utilisait le monotype
pour créer des matières qu'il découpait ensuite afin
de les utiliser comme des trames mécaniques...

vegan03

vegan04

Les "manques" sont dus aux pieds d'enfants, merci à eux...

vegan05

Le dessin a donc été posé directement au feutre pinceau sur la plaque,
puis gravé. Les deux a-plats blancs ont étés imprimés par dessus après.

vegans-final

un-soir

le-lendemain

Posté par drawdraw à 21:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

15 octobre 2018

Poète, ton papier

Les vieux métiers, comme de mauvaises habitudes,
ne disparaissent pas facilement, et c'est tant mieux
(je dis ça par habitude).
Depuis quelques temps, il y a près de mon atelier
celui de Camille, qui fabrique son papier.
A l'ancienne, à la cuve, d'abord un peu avec les moyens
du bord, et puis petit à petit, avec une pile et tout ce qu'il faut
pour réaliser de belles choses. L'idée de travailler ensemble nous
est venu vite, bien sur, mais le temps manquait.
Nous avons enfin réussit à concrétiser quelque chose,
et j'en suis bien content, et pas peu fier.
Camille a dégotté des citations adéquates, à moi le titre l'impression
(avec des gros mots en caractères bois de chez Hardy)
et le façonnage.

Voici donc POÈTE TON PAPIER, un coffret de 5 cartes postales,
à commander chez Draw-Draw ou Papier Lavande.

couv

intro

le-poeme

les-chats

meme

que-le-papier-parle

quel-grand-papier

colophon

dos-cp-poete

04 octobre 2018

Draw-Draw, vraiment une maison de caractères

Il y a près de Nimes, un parc d'attraction, le Village des enfants.
Je ne pourrais pas ici en présenter les particularités, mais sachez
par exemple que c'est sans aucun doute le seul endroit au monde
où vous pourrez assister à une séance de cinéma 7D. Enfin je crois.
Le gars à l'origine de cet endroit un peu foutrarque a commencé par
fabriquer lui-même son premier manège, puis un deuxième etc.
Il semblerait que son activité occupe actuellement plus ou moins 40 000 m2.
Pour fabriquer lui-même ses panneaux de directions, indiquer la caisse, les wc,
la sortie et le reste, il utilisait un drôle d'outil : le pantographe Txl de chez
Gravograph.

panto01

Il s'agit d'une machine servant à graver des plaques de métal,
pouvant aussi bien servir aux entrées d'immeubles
(Jean-Paul Cogne, dentiste, frappez avant d'enter),
que sur la tombe d'un être cher (à Loulou, ma poule aimée).
De mon côté, cela fait longtemps que j'avais dans l'idée de graver moi-même mes
caractères en bois, d'abord par réaction vis à vis des brocanteurs qui éparpillent les
polices lettre à lettre pour les apprentis décorateurs d'intérieurs, ensuite avec une visée
plus pédagogique (voir la rubrique "Quel Caractère").
Grâce à l'ami Le Bon Coin, j'ai acheté le pantographe du Village des nenfants,
et après la visite d'amis bricoleurs (merci Nicolas, merci Bertrand),
j'ai enfin pu commencer à graver du caractère. Il reste des ajustement à faire,
mais voilà, enfin, Draw-Draw estofficiellement une vraie maison de caractères !

panto02

Les machines des années 50 aiment les courroies...

panto04

On rappelle le principe de cette machine : d'un côté d'un bras
articulé, un stylet suis les contours d'un modèle (à l'origine,
des lettres gravées dans du laiton), et à l'autre extrémité, une
fraise grave un support (à l'origine, une plaque de métal, chez
moi une plaque de bois laminée à hauteur d'oeil typographique :
23,56 mm), suivant un rapport de réduction qui peut se calculer.

panto05

La machine est pensée dans un rapport de réduction,
alors que moi, je veux créer du relativement grand.
En attendant de bricoler le bras pour changer le rapport
d'agrandissement/réduction,  j'ai juste taillé un modèle
2 fois plus grand que le résultat final souhaité. Je suis
pas fort en géométrie, mais quand même...

panto06

Le modèle repose sur une plaque, très proche en hauteur
du stylet. Là aussi, il va falloir bricoler pour pouvoir baisser
cette plaque à volonté, afin de pouvoir y placer un caractère
bois déjà existant, afin de pouvoir le copier, à la même échelle
ou pas, dans le but de regarnir certaines polices, ou d'en faire
varier les corps. Ici, le modèle est simplement découpé dans
du carton, qui s'avère être un support trop souple : le stylet
en enfonce les contours ou passe au-dessus, et comme à l'autre
extrémité du bras, la fraise suit très exactement ses mouvements,
le caractère gravé en subit les moindres écarts de conduite...

panto07

panto08

Et voilà, le premier caractère gravé chez Draw-Draw,
un A, bien sur, autant commencer par le commencement,
et du Banco de ce cher Roger Excoffon, what else ?

On remarquera les contours un peu ramollo, dûs aux écarts
du stylet.

panto09

Sur un papier de chez Papier Lavande, papier
à la cuve de Camille Gandioli, papetière pas peu fière
à Pont de Barret.

 

Alors, tout ça d'accord, mais au-delà du plaisir de faire
tourner une vieille bécane, à quoi ça peut bien servir ?
Bon, déjà, le plaisir, c'est un but en soi, non ?
Ensuite, comme précisé plus haut, j'ai besoin, dans
certaines de mes casses de caractères bois, de remplacer
certains caractères, abîmés ou grignotés par les xylophages.

ensuite, j'aimerai pouvoir proposer ça comme un de mes
ateliers pédagogique, même si ça demande un peu de réflexion,
il y a beaucoup d'étapes avant la gravure si l'on ne part pas d'un
caractère déjà existant. Et puis la machine fait du bruit et de la poussière.
Mais j'y pense, et pas qu'en me rasant.

Et puis, je suis sur qu'il y a pas mal de typos autour de moi, qui serait
ravis de se dessiner et de se graver, ou de se faire graver, leur
propre police.

A bon entendeur...

 

Posté par drawdraw à 22:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 septembre 2018

Croquis de carnets

Un carnet, j'en ai toujours un sur moi, avec une prédilection pour
ceux fabriqués par Harpo&, dont le papier aime particulièrement
l'encre de mon stylo-pinceau.
Depuis le projet Roubion de l'année dernière (dont l'édition finale est
en cours), j'ai repris goût au dessin quotidien.


Dans le métro, au resto, au bistrot, entre deux trains, je croque la beauté
de l'humanité qui m'entoure, toutes ces figures, ces gestes et ces instants.


En réalité, le dessin est une excuse à mon désir de contemplation : je
pourrais passer des heures à simplement regarder les gens, et seuls les
regards méfiants et un agenda chargé m'en dissuade.


Mais c'est sans doute pour ça que j'arrive toujours au moins une heure
en avance à la gare, bien avant que mon train soit annoncé sur le grand
tableau de bord -désormais numérique et privé de ses doux cliquetis mé-
caniques- juste pour le plaisir d'observer la diversité absolue des visages
et des gestes.

De ces carnets, je tire les croquis qui me plaisent suffisament pour avoir
envie de les partager, en leur accolant de cours textes qu'ils m'inspirent.

Le premier volume de ces Croquis de carnet avait vu le jour suite à un voyage à
Londres, ce deuxième est dédié aux "gens", d'où qu'ils viennent, où qu'ils aillent.

croquis-gens-01

croquis-gens-07

croquis-gens-02

croquis-gens-06

 

croquis-gens-04

croquis-gens-08

 Croquis de Carnets 2 - Des gens - impression numérique sur papier ivoire 90 G.
sous couverture typographique,
avec gravure taille-douce. 20 pages, 20 exemplaires numérotés/signés.

On peut bien sur commander ces carnets chez Draw-Draw ("une maison de caractères")
Et ça coûte 6 € + 2 € de frais de port...

eldrawdraw@gmail.com

Posté par drawdraw à 18:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 août 2018

La typo à la Fontaine

Ce dimanche 26 août, le Professor Draw-Draw
installera sa caravane-atelier La Typographe
à la Fontaine Minérale de Pont de Barret.

Entre deux dances endiablées, vous aurez l'occasion
de vous auto-tirer le portrait, grâce au désormais célèbre
Lasagnographe.

C'est ouvert aux zadultes comme aux zenfants, à partir de 7 ans.


L'entrée, qui vous donne le droit de visiter la caravane, de serrer la
louche du Professor, d'éxecuter et d'imprimer une gravure taille-douce
et de repartir avec pour briller en société, hé bien cette entrée dont je
parlais au tout début de cette longue phrase que vous n'avez peut-être
même pas eu le courage ou l'envie de lire jusqu'à son terme qui ne saurait
tarder, donc cette entrée qui est proche de la fin de phrase est au prix tout
à fait incroyable de quatre euros.

enola

Vous pourez aussi dépenser le peu d'argent qu'il vous reste en diverses éditions
et cartes postales, de chez Draw-Draw, bien sur.

 

Tout simplement. C'est à partir de 16h.

Posté par drawdraw à 13:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juillet 2018

Franchissons le Mur du Son (typographique)

Ce n'est pas tous les jours qu'une telle
proposition vous est faites, alors profitez-en :

Les Professor Draw-Draw & PapeDuc vous invites,
ce dimanche 29 juillet 2018,
à partir de 15 h
à la Fontaine Minérale de Pont de Barret (26)
à venir franchir le mur du son typographique.

C'est amusant à partir de 7 ans.

A dimanche ?

 

Vous ne pouvez pas venir dimanche,
parce que c'est dimanche ?

Pas d'inquiétude, un autre franchissement
est prévu au marché de Bourdeaux (26)
le jeudi 2 août, à partir de 10h...

 

 

13 juillet 2018

S'ils te mordent...

Après trois semaines de résidence
et près de 17 mètres de dessins,
l'édition de l'ouvrage "S'ils te mordent..."
voici venue l'heure de vernir tout ça.

C'est Aux Moyens du Bord, à la Manufacture
de Morlaix que ça se pase,

samedi 14 juillet.

photoQuentin

Carton_la fabrique de proximité_HD

Carton_la fabrique de proximité_HD2

Posté par drawdraw à 12:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 juillet 2018

Les Utopistes au Cloître

Derniers mètres de rouleau, ce samedi
à l'occasion du festival Les Utopistes,
au Cloître St Thégonec, en soutien à
l'école locale qui acceuille de jeunes
migrants. Y'avait du jeu de mot laid,
du Trust sans guitare et du rap de Brest.

Hey Ho, let's go !

Morlaix-36

Morlaix-37

Morlaix-38

Morlaix-39

Morlaix-40

 

Morlaix-41

Morlaix-42

Morlaix-43

Morlaix-44

Morlaix-45

 

06 juillet 2018

Fume, c'est du breton !

Aujourd'hui, petites visites des lieux atypiques de Morlaix ;

L'atelier (enfin, une très petite partie) de Bertrand Menguy,
et les anciens locaux de la Manufacture des Tabacs, un endroit
où j'aurais pu passer la semaine entière, à ausculter le moindre
boulon, la plus petite courroie.
Le gigantesque bâtiment à subi l'affront des flammes lors d'un gigantesque
incendie dans les années 90. La chance, comme me l'a précisé Vincent qui
a gentiment ouvert toutes les portes, c'est que les pompiers avaient effectués
un exercice grandeur nature la veille. Coup de bol incroyable qui leur a permis
d'agir bien plus efficacement que s'ils avaient dû prendre le temps de découvrir
l'ensemble impressionnant que représente la bâtisse.

Des travaux sont en cours pour transformer le tout en un complexe culturel et scientifique
comme seul le XXIème siècle sait le faire. Cinés, théâtre, salle de concert, restos, etc. vous
voyez le genre. Les Moyens du Bord, qui ont réussi à se faire un petit trou de souris dans
le complexe arriveront-ils à trouver une place dans ce futur bien aménagé et propre sur lui ?
On l'espère bien sur.
En tout cas, personne n'aura le droit d'y fumer, ça c'est sur...

Morlaix-23

Morlaix-24

Morlaix-25-1

Morlaix-25-2

Morlaix-25-3

Morlaix-26-2

Morlaix-26-3

Morlaix-27

Morlaix-28

Morlaix-29

Morlaix-30

Morlaix-31

Morlaix-32

Morlaix-34

Morlaix-35

03 juillet 2018

Via du duc ?

"Sous le Second Empire, comme faits mémorables
dans la vie morlaisienne, il convient de mentionner
la construction du viaduc, inauguré en 1863, pour
relier les deux rives du Dossen. Cet ouvrage d'art,
un des plus remarquables de France, a une longueur
de 284 mètres et une hauteur de 58 mètres au-dessus
des quais. Il est composé de deux étages. Le 1er
reposant sur neuf arches, livre passage aux piétons ;
Le 2ème, réservé à la voie ferrée, est soutenu par
quatorze arches de 15 mètres d'ouverture."

 

Morlaix-21

 

Morlaix-22

 

Posté par drawdraw à 23:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

v'là du Viaduc

"Indépendamment de ses attraits naturels,
Morlaix ouvre un champs immense aux oisifs
et à l'esprit analytique des savants.
A chaque pas, les étrangers, les visiteurs, les touristes
sont intéressés et souvent retenus, les uns par les
vestiges d'un passé lointain, les autres par les
manifestations et les conquêtes du progrès contemporain."

in Calendrier historique du Finistère, 1928,
gracieusement offert par la Maison V. & A. Vardon.

 

Morlaix-17

 

 

Morlaix-18

 

Morlaix-19

 

Morlaix-20

01 juillet 2018

Les As de la cuisine

Suite du rouleau Morlaisien.

Wilbert nous fait voir un vestige du vieux Morlaix,
et nous retrouvons tout le monde en cuisine pour
le grand repas partagé du vendredi.

A vous Cognac-Jay pour les images :

Planqué entre un terrain de foot et une 4 voies, un vestige roman
nous attend bien sagement au détour d'un chemin rejoignant le quartier
de la vierge noire...

Morlaix-07

Morlaix-08

Morlaix-09

Morlaix-10

Morlaix-11

Morlaix-12

Morlaix-14

Morlaix-15

Morlaix-16

La suite en début de semaine...

29 juin 2018

A Morlaix

La suite des aventures du professor Draw-Draw à Morlaix,
toujours en l'excellente compagnie de Maud leroy pour
animer des ateliers d'écritures et d'impressions.
L'étau se resserre autour de la vierge noire, et
certains ont appris à parler à leurs amis les légumes,
comme le proposait déjà Frank Zappa en son temps...

atelier3

Dans mes affaires traînait cette vieille boite de
crapulos au nom prédestiné. Je me souviens soudain
de l'odeur des Mécarillos que fumaient mes parents
en buvant leurs cafés du dimanche midi, dis-donc.

atelier4

Un merci toujours renouvelé à l'ami Celestin Freinet
pour ses presses et son petit matériel d'imprimerie
si ingénieux...

atelier5

Le batricide immortel partage le viaduc ?
Et saviez-vous que dans "La vierge en noire",
on trouve "Eve narre l origine" ?
A peu de choses près ?

Et maintenant, la suite du feuilleton...

Morlaix03

Morlaix04

Morlaix-05

Morlaix-06

Morlaix-07bis

Prochain épisode : de la bretagne mystique,
et des femmes en cuisine.

28 juin 2018

Avec les Moyens du Bord

Me voici en Bretagne.
Pour une résidence artistique,
proposée et organisée par l'association des Moyens du Bord,
avec qui j'ai depuis quelques années établi des liens d'amitiés
à l'occasion de leur chouette salon de la petite édition "Multiples".
Cette fois-ci, il s'agit, entre autre, de tenir des ateliers au centre social
"Carré d'as", dans le quartier de la Vierge Noire, à Morlaix.

atelier1

En compagnie, en cette première semaine, de Maud Leroy,
nous rencontrons les gens du coin, on discute, on fait tourner le Lasagnographe
et on évoque la vie de par ici.

atelier2


En parrallèle, je commence un nouveau rouleau dessiné,
comme je l'avais fais pour le projet Roubion.

 

Très vite, c'est la figure de la vierge noire qui retient notre attention.


Elle trône sur son rond-point, à l'entrée du quartier, et personne ne semble savoir
le pourquoi du comment de sa présence à Morlaix.
En quelques jours, nous récoltons plusieurs hypothèses,
qui semblent pour le moins contradictoires.


L'occasion est trop belle , vous pensez, pour ne pas proposer aux habitants
de lui écrire une nouvelle vie...

Un feuilleton en dessins à suivre à partir d'aujourdhui
et pendant une grande partie de l'été, ici même, chez Draw-Draw,
au grès des scanneurs rencontrés le long de mon périple...

Morlaix01

 

Morlaix02

24 mai 2018

Tout doit disparaitre !

gaz08

 

 

Le week-end de Gazette/Fête de l'estampe arrive à grand pas.

Quelques photos pour vous donner envie de venir nous rejoindre
Les 26/27 mai, pour un week-end d'atelier et d'exposition.

Expo à partir de 11h les samedi/dimanche, ateliers pour adultes et enfants
à partir de 14h, écoutes publiques du concours radio à 15h les deux jours, avec
remise des prix le dimanche.

gaz01

gaz02

gaz03

gaz04

gaz05

 

gaz06

gaz07

Les photos sont de KibKibitz