A VINGT ANS, j'avais de l'ambition et une idée assez précise de ce que je voulais faire quand je serais plus grand : écrivain alcoolique.
Nous étions un petit groupe à partager les mêmes influences littéraires, et nous nous réunissions parfois, souvent, pour imiter nos maîtres. J'avais récupéré une vieille machine à écrire sur laquelle je m'échinais à taper, lettre après lettre, verre après verre, les premiers chapitres de polars qui s'annonçaient
toujours fulgurants. Pourtant, malgré tous mes efforts, je n'arrivais tout simplement pas à écrire une fois ivre. Mon cerveau imbibé battait la campagne, je finissais affalé dans le canapé délabré, et le matin me trouvait devant une feuille blanche et un cachet d'aspirine. Je me replongeais alors dans mes livres de chevet pour tenter de comprendre où se cachait la magie que jamais je n'atteignais.

Parmi nos modèles, ce vieux dégueulasse de Bukowski était le champion toutes catégories. Nous admirions son style et sa descente, sa rage, son insoumission et ses putes. En réalité, je crois bien que c'est ça qui nous fascinait le plus : comment ce vieux débris faisait-il pour se lever toutes ces gonzesses, alors que nous autres, jeunes et fringuants, nous retrouvions la plupart du temps tricards ?

Aujourd'hui, bien sur, j'ai pris de la bouteille, et j'ai renoncé, tranquillement, à mon destin d'écrivain, en même temps que je m'ouvrais à d'autres lectures... et aux filles.

Quant à ma carrière d'alcoolique, elle est en bonne voie, je vous remercie.

 

pochette-recto

pochette-verso

sousbock01

sousbock02

sousbock03

sousbock04

Buk01

Buk02

Buk03

Buk04

 

"4 choses bues, 4 portraits de Charles Bukowski",
gravures à la pointe sèche imprimées sur presse lasagnographique,
textes composés au plomb mobile (Bizerte corps 20) et
imprimés sur presse à épreuve.
20 exemplaires numérotés/signés
20 euros.

Et comme il n'y a pas de hasard, on poura trouver dans les bonnes librairies
"le retour du vieux dégueulasse" de Charles Bukowski, édition Grasset,
352 P. 20,90 euros.