Il y a près de Nimes, un parc d'attraction, le Village des enfants.
Je ne pourrais pas ici en présenter les particularités, mais sachez
par exemple que c'est sans aucun doute le seul endroit au monde
où vous pourrez assister à une séance de cinéma 7D. Enfin je crois.
Le gars à l'origine de cet endroit un peu foutrarque a commencé par
fabriquer lui-même son premier manège, puis un deuxième etc.
Il semblerait que son activité occupe actuellement plus ou moins 40 000 m2.
Pour fabriquer lui-même ses panneaux de directions, indiquer la caisse, les wc,
la sortie et le reste, il utilisait un drôle d'outil : le pantographe Txl de chez
Gravograph.

panto01

Il s'agit d'une machine servant à graver des plaques de métal,
pouvant aussi bien servir aux entrées d'immeubles
(Jean-Paul Cogne, dentiste, frappez avant d'enter),
que sur la tombe d'un être cher (à Loulou, ma poule aimée).
De mon côté, cela fait longtemps que j'avais dans l'idée de graver moi-même mes
caractères en bois, d'abord par réaction vis à vis des brocanteurs qui éparpillent les
polices lettre à lettre pour les apprentis décorateurs d'intérieurs, ensuite avec une visée
plus pédagogique (voir la rubrique "Quel Caractère").
Grâce à l'ami Le Bon Coin, j'ai acheté le pantographe du Village des nenfants,
et après la visite d'amis bricoleurs (merci Nicolas, merci Bertrand),
j'ai enfin pu commencer à graver du caractère. Il reste des ajustement à faire,
mais voilà, enfin, Draw-Draw estofficiellement une vraie maison de caractères !

panto02

Les machines des années 50 aiment les courroies...

panto04

On rappelle le principe de cette machine : d'un côté d'un bras
articulé, un stylet suis les contours d'un modèle (à l'origine,
des lettres gravées dans du laiton), et à l'autre extrémité, une
fraise grave un support (à l'origine, une plaque de métal, chez
moi une plaque de bois laminée à hauteur d'oeil typographique :
23,56 mm), suivant un rapport de réduction qui peut se calculer.

panto05

La machine est pensée dans un rapport de réduction,
alors que moi, je veux créer du relativement grand.
En attendant de bricoler le bras pour changer le rapport
d'agrandissement/réduction,  j'ai juste taillé un modèle
2 fois plus grand que le résultat final souhaité. Je suis
pas fort en géométrie, mais quand même...

panto06

Le modèle repose sur une plaque, très proche en hauteur
du stylet. Là aussi, il va falloir bricoler pour pouvoir baisser
cette plaque à volonté, afin de pouvoir y placer un caractère
bois déjà existant, afin de pouvoir le copier, à la même échelle
ou pas, dans le but de regarnir certaines polices, ou d'en faire
varier les corps. Ici, le modèle est simplement découpé dans
du carton, qui s'avère être un support trop souple : le stylet
en enfonce les contours ou passe au-dessus, et comme à l'autre
extrémité du bras, la fraise suit très exactement ses mouvements,
le caractère gravé en subit les moindres écarts de conduite...

panto07

panto08

Et voilà, le premier caractère gravé chez Draw-Draw,
un A, bien sur, autant commencer par le commencement,
et du Banco de ce cher Roger Excoffon, what else ?

On remarquera les contours un peu ramollo, dûs aux écarts
du stylet.

panto09

Sur un papier de chez Papier Lavande, papier
à la cuve de Camille Gandioli, papetière pas peu fière
à Pont de Barret.

 

Alors, tout ça d'accord, mais au-delà du plaisir de faire
tourner une vieille bécane, à quoi ça peut bien servir ?
Bon, déjà, le plaisir, c'est un but en soi, non ?
Ensuite, comme précisé plus haut, j'ai besoin, dans
certaines de mes casses de caractères bois, de remplacer
certains caractères, abîmés ou grignotés par les xylophages.

ensuite, j'aimerai pouvoir proposer ça comme un de mes
ateliers pédagogique, même si ça demande un peu de réflexion,
il y a beaucoup d'étapes avant la gravure si l'on ne part pas d'un
caractère déjà existant. Et puis la machine fait du bruit et de la poussière.
Mais j'y pense, et pas qu'en me rasant.

Et puis, je suis sur qu'il y a pas mal de typos autour de moi, qui serait
ravis de se dessiner et de se graver, ou de se faire graver, leur
propre police.

A bon entendeur...